Rechercher dans ce blogue

Invitation aux ateliers de Journal Créatif

L'automne est à nos portes, et voilà le moment venu de reprendre nos bonnes habitudes. On va se coucher plus tôt, retourner au travail, faire un peu plus de cocooning. Pour certaines personnes, ça sera suffisant, alors que pour d'autres, tout au contraire, c'est le moment de voir des gens, de travailler sur soi et d'apprendre quelque chose de nouveau.

Personnellement, je suis bien heureuse de l'arrivée de septembre car cela veut dire que mes ateliers de journal créatif vont reprendre. Bien que j'en ai fait toute seule durant l'été, l'énergie de groupe de manquait.

Vous pouvez d'ailleurs voir ici une partie d'un travail que j'ai effectué cet été. Je suis souvent très surprise du résultat. Pour cet exercice (daté du 16 juillet sur le blog de Dominique), il fallait choisir quatre images et 4 mots dans 4 magazines différents, les arranger à notre goût sur une page, puis sur la suivante, écrire ce que cela représentait pour nous à ce moment de notre vie. C'était vraiment surprenant de lire le compte-rendu, car vous pouvez voir par vous-même que les images étaient plutôt banales. Je vais certainement refaire ce travail à un autre moment tant je l'ai apprécié.

Ma merveilleuse animatrice, Dominique, est revenue de vacances et commencera à dispenser ses ateliers très bientôt. Venez en grand nombre. Pour voir les dates et heures de ses ateliers dans la région de la ville de Québec, cliquez ici.

Signaux du corps : la couleur de votre urine

L’information qui suit est tirée du livre Décryptez les signaux de votre corps (Édition Marabout 2009) écrit par Joan Liebmann-Smith et Jacqueline Nardi Egan.

Nous excrétons jusqu’à deux litres d’urine par jour selon l’alimentation, les liquides consommés, la température ambiante et le degré d’activité physique. Chez la personne en bonne santé, il y aura environ sept mictions par jour; l’urine doit être claire ou jaune très pâle et ne doit pas mousser ou être trouble. Certains aliments, de même que certains médicaments, peuvent influencer la couleur de l’urine.

Par exemple, des urines vert pomme peuvent être provoquées par le simple fait d’avoir mangé des asperges. Elles pourraient alors dégager une odeur particulièrement forte. Il en va de même si on ingère des multivitamines et certains médicaments contre la dépression, les allergies, la nausée, la douleur et l’inflammation. Cette coloration verdâtre peut aussi être notée après une anesthésie générale. Une accumulation de bilirubine (secrétée par le foie) peut aussi causer une couleur vert pomme de l’urine (à vérifier l’état du foie et du pancréas).

Une urine rose ou rougeâtre peut être causée par la présence de sang dans l’urine (hématurie pointant vers des troubles touchant les reins, la vessie ou le foie)) ou tout simplement par certains aliments tels la betterave rouge, les mûres ou la rhubarbe. Une coloration plus rouge des urines est parfois notée chez les personnes carencées en fer ou souffrant d’un syndrome de malabsorption. Les gens prenant certains médicaments pour un trouble psychiatrique ou suivant certains traitements pour le cancer (riches en anthraquinone) peuvent avoir des urines roses ou rougeâtres.

Une urine jaune foncé ou orangée peut indiquer que la personne souffre de déshydratation, surtout si elle sent très fort. L’urine jaune foncé peut aussi résulter d’un apport important de bêta-carotène dans l’alimentation ou par la prise de ce supplément. Certains médicaments comme la rifampine (tuberculose), la warfarine (anticoagulant) et d’autres pour traiter le cancer peuvent colorer les urines et les selles en orange.

D’autre part, si votre urine mousse, il se peut que vous souffriez d’une accumulation de sels biliaires ou de protéines dans les urines. La protéinurie, aussi appelée albuminurie, peut indiquer un trouble rénal ou cardiaque, surtout chez les diabétiques ou les gens souffrant d’hypertension. Par ailleurs, une urine foncée couleur thé et à l’odeur sucrée dénote un problème lié au diabète.

Si la couleur de l’urine est trouble et qu’elle dégage une odeur forte, il peut s’agir d’une infection de la vessie (cystite). Chez l’homme, une urine trouble teintée de rouge peut indiquer une inflammation de la prostate.

Chronique alimentaire: la canneberge

Les Amérindiens et les premiers colons utilisaient la canneberge comme source de vitamine C l’hiver afin de combattre le scorbut. Aussi appelée atoca, cette petite baie est originaire de l’Amérique du Nord.
  • Les canneberges contiennent des proanthocyanidines (composants antioxydants) qui empêchent la bactérie E. coli de s’attacher aux parois de la vessie. On reconnaît que de boire 1 à 2 verres de jus de canneberge sans sucre par jour peut diminuer les risques d’infection urinaire (l'effet pourrait subsister jusqu’à 8 heures après l’ingestion du jus). Certaines études suggèrent que le jus de canneberge aiderait à contrer les calculs rénaux (pierres aux reins) et biliaires.
  • Elles contiennent plus de phénols (puissants antioxydants) que les raisins rouges. Ainsi, elles semblent pouvoir améliorer le bilan lipidique, c’est-à-dire augmenter le bon cholestérol et diminuer le mauvais.
  • Les canneberges contiennent des fibres, de la vitamine C et des flavonoïdes.
  • Des études en cours indiquent que certains de ses composés pourraient aider à enrayer les ulcères gastriques et duodénaux, ainsi que le cancer de l’estomac causés par bactérie Helicobacter pylori.
  • Les canneberges semblent inhiber la prolifération de bactéries causant la plaque dentaire.

Avertissement : Il est possible que le jus de canneberge augmente l’effet anticoagulant du Coumadin®. Il est donc conseillé à ces patients de limiter ou d’éviter le jus de canneberge jusqu’à ce que ce point soit étudié plus à fond.

Le surplus de poids

On évalue le nombre de gens souffrant d’obésité en Amérique du Nord à environ 80 millions. Pour beaucoup de ces gens, leur poids sera au centre de leurs préoccupations quotidiennes. Voilà pourquoi il est important d’adresser le problème au plus tôt. Pensez-y bien : Même si le poids augmente lentement, disons de 2.2 kilogrammes par année, soit près de 5 livres , à partir de la vingtaine ou jeune trentaine, cela veut dire plus de 22 kg ( 50 livres ) en dix ans! Voilà qui risque de devenir très problématique car la vie est bien loin de se terminer à la quarantaine.

Le vrai problème avec un surplus de poids apparaît lorsqu’il affecte la santé. Les troubles d’usure prématurée du système structurel, affectant les pieds, les genoux, les chevilles, les hanches et le dos, sont très courants. On retrouve chez les gens plus sédentaires des complications du système circulatoire telles que l’œdème aux chevilles, les hémorroïdes et les varices, ou encore, des maladies plus sérieuses comme l’hypertension, le diabète et les maladies cardiaques. D’autres troubles pouvant être liés à l’obésité sont ceux de la vésicule biliaire, les hernies, les complications rénales, la pneumonie, l’infertilité et les complications postopératoires. Du côté psychologique, certaines personnes sont hantées par une pauvre estime de soi, un manque de vitalité, des problèmes sexuels, et même la dépression.

Fort heureusement, tous les gens ayant un surplus de poids ne tombent pas automatiquement dans ce cauchemar de mal-être. Il y a différentes causes à la prise de poids.
  • Bien souvent, il s’agit tout simplement du type d’aliments qui entrent dans la bouche et/ou la quantité ingérée : diète riche en gras malsains —saturés, hydrogénés, trans —, et en aliments transformés, faible en fibres, en glucides complexes (riz brun, quinoa), et en fruits et légumes.
  • Un style de vie sédentaire où l’exercice régulier est inexistant.
  • Il peut s’agit d’un trait héréditaire. Le métabolisme basal diffère chez chaque individu, ce qui explique qu’une personne puisse rester mince tout en s’empiffrant, alors qu’une autre engraisse à la simple vue d’un aliment. L’exercice régulier sur une longue période de temps peut augmenter le métabolisme de base et ainsi aider à brûler les calories plus facilement.
  • Certaines études démontrent que des allergies alimentaires peuvent jouer un rôle dans la diminution du taux de métabolisme. Les aliments allergènes les plus communs sont le lait, le blé, le maïs, les œufs, le chocolat et la levure.
  • Les diètes où le poids joue au yo-yo. Il y a une perte de poids à court terme, mais sitôt la diète abandonnée, le poids revient et souvent avec un surplus. Le corps emmagasine plus facilement le gras après la diète.
  • Bien que plus rare, il peut s’agir d’un trouble hormonal tel que la maladie de Cushing ou d’une hypothyroïdie.
  • Certains médicaments peuvent augmenter l’appétit ou changer le métabolisme, dont notamment, les anovulants, la corticothérapie et les antidépresseurs.
  • Certaines carences en nutriments essentiels peuvent empêcher le corps de brûler l’excès de gras : la vitamine B5, B6, la vitamine E, la lécithine, les acides gras essentiels.

Pour maigrir, il faut que l’excès de gras puisse être éliminé hors du corps en s’assurant une bonne élimination intestinale et une bonne action enzymatique. Il faut donc incorporer à notre nouveau style de vie, une alimentation saine sans sauter de repas, 8 verres d’eau par jour et l’exercice régulier. Il est important de ne pas éliminer tous les gras de notre diète. Les gras essentiels provenant des noix, des graines (lin, citrouille), du poisson comme le maquereau et le saumon aident le corps à brûler les excès de gras. Les enzymes digestives accélèrent le métabolisme et stimulent le système immunitaire.

Plusieurs produits visant la réduction de poids sont disponibles sur le marché. Certains sont des adjuvants intéressants à une bonne alimentation et à l’exercice. Nature’s Sunshine vous en offre plusieurs:

  • Gobe-graisse qui comme son nom le dit si bien, utilise les fibres pour « gober » les molécules de graisse. Au lieu d’être digérée, la graisse s’élimine directement par les voies intestinales. Ce produit contient de la gomme de guar et du psyllium qui piègent ou ramassent la graisse, alors que le mouron des oiseaux et la lécithine la décomposent.
  • Collatrim est un produit à base de collagène. C’est une excellente source de protéines dont les acides aminés, arginine, proline et glycine, visent à accroître la masse musculaire maigre tout en réduisant les réserves de gras dans le corps. Il favorise la régénération des tissus conjonctifs et la perte de gras pendant le sommeil et aide à accroître l’énergie.
  • Nutri-Burn aux protéines de petit-lait, un supplément de protéines en poudre qui contient de l’acide linoléique conjugué, un gras qui semble agir sur la perte de poids, surtout sur le gras abdominal selon des études.
  • GlucoReg contient, entre autres, du chrome et du vanadium, deux oligo-éléments importants pour réguler le taux de sucre dans le sang et les niveaux d’insuline. Une bonne régulation du glucose sanguin favorise la perte de poids.
  • Nature's Bod-E-Klenz est une cure de nettoyage puissante à prendre au début et à la fin d’un programme de perte de poids pour stimuler la digestion et l’élimination des toxines et activer le métabolisme des protéines et des glucides.

La prévention et l’éducation sont souvent les meilleurs remèdes. Il s’agit de commencer avec soi-même, puis d’étendre nos connaissances à notre famille et à nos amis. Si les mauvaises habitudes sont faciles à prendre, pourquoi ne pas se donner le défi de peu à peu changer nos coutumes pour atteindre un objectif-santé. Un bon suivi médical s’impose si votre santé est déjà à risque ou que le surplus de poids est important. La persévérance est toujours récompensée

Pour mieux connaître ces produits: http://www.naturessunshine.ca

Suggestion de livre : Décryptez les étiquettes

Bill Statham est un homéopathe qui, au cours de son travail avec ses clients, s’est rendu compte que certaines substances chimiques peuvent influencer notre état de santé. En effet, il arrivait que ses clients qui avaient pris du mieux rechutent. Il s’est alors penché sur leur alimentation et les additifs chimiques que celle-ci contenait. Il a découvert qu’ « un grand nombre des substances chimiques contenues dans les aliments et les cosmétiques pouvaient provoquer ou aggraver des problèmes tels que l’asthme, les dermatites, l’urticaire, les migraines, les rhinites allergiques, les troubles gastriques, les troubles du comportement, l’hyperactivité, les difficultés d’apprentissage. Certaines d’entres elles se trouvent être toxiques pour le foie, les reins, le cœur, le thymus, le cerveau ou les systèmes immunitaire, nerveux, hormonal et endocrinien. » De plus, certaines substances peuvent causer des lésions de l’ADN, des malformations congénitales, des mutations génétiques et des cancers.

Ce petit livre est divisé en deux sections, soit une pour les substances chimiques ajoutées à l’alimentation et la seconde pour les cosmétiques. Chacune nous indique le nom du produit par ordre alphabétique, ses fonctions, ses effets potentiels, où on les trouve ainsi que ses autres usages, ainsi qu’un code qui nous indique si la substance est inoffensive, à éviter ou carrément dangereuse.

Décryptez les étiquettes est un livre que toute personne désirant reprendre le contrôle de sa santé devrait se procurer le plus tôt possible.

Voici quelques exemples alimentaires tirés de l’excellent livre de Bill Statham :

BHT ou butylhydroxytoène;
Code : Dangereux;
Fonctions : antioxydant et conservateur;
Effets potentiels : urticaire chronique, dermatite, fatigue, asthme, agressivité, spasmes bronchiques, à éviter chez l’enfant, troubles au niveau de la reproduction, troubles rénaux, hépatiques et gastriques, nocif pour les organismes aquatiques;
Aliments : matières grasses et huiles de table, gomme à mâcher, produits de la pêche, céréales pour petit déjeuner, bière et boissons à base de malt;
Autres usages : gels de rasage, huiles pour bébé, lait pour bébé, rouges à lèvres, eyeliner, matériaux d’emballage, caoutchouc.

Gomme de guar (obtenue à partir des graines d’un arbre d’Inde);
Code : Inoffensif pour la plupart des gens;
Fonctions : épaississant, agent stabilisateur;
Effets potentiels : considéré comme inoffensif dans l’alimentation à faibles doses; à doses excessives, crampes abdominales, nausées, flatulence, diarrhées;
Aliments : produits de boulangerie, confitures, céréales pâtes à tartiner à base de fromage, gelées, boissons, aliments pour nourrissions;
Autres usages : liant sous forme de comprimés, cosmétiques, compléments amincissants (la prudence est recommandée).


Mannitol (dérivé d’algues; peut être transgénique);
Code : La prudence s’impose;
Fonctions : édulcorant et humectant;
Effets potentiels: réactions d’hypersensibilité, nausées, vomissements, diarrhées, peut provoquer ou renforcer des dysfonctionnements rénaux;
Aliments : aliments protéinés transformés ou allégés, gomme à mâcher, pâtes de fruits, confitures, gelées;
Autres usages : pour les mains, entretien des cheveux et du cuir chevelu.


Sucralose (issu de synthèse par chloration du saccharose);;
Code : à éviter;
Fonctions : édulcorant de synthèse;
Effets potentiels : diminution de volume du thymus, hypertrophie de foie et des reins chez l’animal, faiblement mutagène;
Aliments : confiseries, pâtes à tartiner à base de fruits, desserts, produits de boulangerie;
Autres usages : aucun.


Talc (silicate de magnésium);
Code : À éviter;
Fonctions : antiagglomérant;
Effets potentiels : cancers (estomac et ovaires), toux, vomissements, troubles respiratoires, tumeurs, troubles gastriques;
Aliments : gomme à mâcher, bonbons gélifiés, sel et condiments, riz
Autres usages : maquillage des yeux, poudres pour le bain, poudres pour bébé, alimentation animale, compléments vitaminiques.