Rechercher dans ce blogue

Un coup de fatigue ou épuisement total?

On le sait, le stress chronique est néfaste à la santé, mais pourtant, il est tout à fait inutile de penser à vivre sans stress, surtout maintenant avec le rythme de vie effréné que la plupart des gens mènent. On l'accuse également d'avoir un lien avec certains cas d'obésité et plusieurs maladies dont les troubles cardiaques. Rappelons-nous quand même qu'un manque d'heures de sommeil, une mauvaise alimentation, les allergies alimentaires, peu de temps de relaxation, un environnement toxique (polluants, drogues, tabagisme, colle des tapis, etc.), les problèmes conjugaux et les émotions négatives (découragement, pessimiste, colère, culpabilité) sont des facteurs stressants qui restent modifiables. Chacun vient au monde avec une résistance au stress qui lui est propre. Une même exigence peut s'avérer stressante pour l'un, mais motivante pour l'autre. Toutefois, bien que certaines personnes y seront plus résistant, chacune a ses limites, un point de rupture où rien de va plus. Personne n'est à l'abri de l'épuisement. En fait, le stress peut ouvrir la porte à bien des tracas, autant physiques que psychologiques, mais pour s'en sortir, il faut comprendre ce qui se passe.

On ne parle pas ici d'un stress de courte durée qui, en fait, peut nous inciter à rester vigilant, à mieux performer, comme le stress ressenti avant de donner un discours, avant un examen, lors d'un accident ou d'un moment difficile à passer. Le stress qui est vraiment dommageable est celui qui persiste dans le temps, qui ne semble jamais se relâcher. Une nuit de sommeil n'y change rien, on se lève tout aussi fatigué le matin. Jour après jour, on se traîne au boulot en priant de tenir le coup jusqu'à la fin de la journée et en espérant que le patron ne nous demande pas de soulever une montagne (un travail qui jadis nous aurait semblé facile), puis on retourne à la maison en rêvant de rester avachi sur le divan à ne rien faire le plus longtemps possible (si les enfants ne crient pas famine, s'ils n'ont pas trop de devoirs, si le téléphone ne sonne pas, s'il y a encore des vêtements propres pour le lendemain, etc.). Si vous vous reconnaissez dans cette description, il est grand temps d'y voir.

En bref, le stress à long terme garde le corps en état d'alerte et finit par épuiser les surrénales, petites glandes situées au-dessus des reins. En situation de stress, tout un processus s'enclenche et elles produisent de grandes quantités d'adrénaline (responsable du petit frisson lorsqu'on évite de justesse un accident), de cortisol et de DHEA. Cette sécrétion exagérée d'hormones devrait s'arrêter aussitôt la menace disparue, mais lorsque le stress devient chronique, les surrénales peuvent fonctionner jusqu'à épuisement. Pour connaître les réactions du corps à cette situation, vous pouvez lire l'article suivant sur ce blogue: http://bit.ly/eaouaH. Cette fois, ce sont les symptômes de la fatigue surrénalienne qui seront mis de l'avant.

Lorsque la réaction au stress est à court terme, il n'y a pas de problème. C'est lorsque le stress persiste que peuvent apparaître des symptômes de fatigue surrénalienne. Les tests médicaux ne reconnaissent les troubles surrénaliens que lorsqu'ils détectent des résultats sérieusement malsains comme c'est le cas avec la maladie d'Addison (production de cortisol extrêmement faible) ou la maladie de Cushing (surproduction de cortisol). En réalité, des millions de personnes souffrent d'insuffisance surrénalienne à différents niveaux. Comme les médecins se fient surtout aux résultats des bilans sanguins, un grand nombre de gens restent sans réponse à leur question: "Pourquoi suis-je si épuisé?" et se voient très souvent prescrire des antidépresseurs. Ils se gavent de sucre, de caféine et d'alcool pour essayer de tenir le coup, ce qui devient rapidement un cycle vicieux qui les épuise encore plus. Ce sont des gens fatigués, irritables, qui manquent de concentration, qui souffrent de plus en plus d'allergies de toutes sortes, qui ont des fringales incontrôlables de sel et de glucides et qui ne comprennent pas ce qui leur arrive. À ce stade, quelques changements au style de vie, quelques suppléments et du repos peuvent suffire à redresser la situation.

Les symptômes de fatigue des glandes surrénales peuvent inclure également:
• Gain de poids (surtout autour de la taille);
• nervosité, anxiété, crise de panique, dépression;
• constipation ou diarrhée (syndrome du côlon irritable);
• trouble de la mémoire;
• faible résistance au stress;
• baisse de la libido;
• trouble de la glycémie (sucre dans le sang);
• hypertension;
• sommeil agité ou difficulté à s'endormir;
• sentiment d'être dépassé;
• intolérance au froid (extrémités froides);
• tensions et douleurs musculaires.

Lorsque le problème persiste, les glandes surrénales finissent par s'épuiser totalement et on parlera non seulement de fatigue, mais d'épuisement des glandes surrénales. Alors, rien ne va plus, sortir du lit semble une montagne à gravir, et que dire de devoir se laver et s'habiller. L'organisme est incapable de faire face au moindre stress et même le système immunitaire sera affaibli permettant à de nouveaux troubles de santé de s'installer. À ce stade d'épuisement surrénalien, d'autres symptômes s'ajouteront à la liste déjà longue; ils sont plus débilitants et doivent être adressés rapidement pour éviter les répercussions à long terme:

• Épuisement professionnel (burnout physique et mental)
• aggravation des symptômes allergiques et des intolérances;
• sensibilité chimique;
• infections à répétions et plus difficiles à guérir;
• fringales de sel;
• dépression;
• difficulté à sortir du lit le matin;
• faiblesse généralisée;
• fibromyalgie;
• syndrome de fatigue chronique
• arthrite.

Afin de reprendre le contrôle de sa santé surrénalienne, plusieurs changements devront être appliqués, autant au niveau de la gestion du stress, de l'alimentation que des habitudes de vie (sieste, heures de sommeil, relaxation). Il faudra parfois un temps d'arrêt, où le travail et même le programme d'exercice physique seront mis de côté s'ils exigent plus d'énergie que vous en avez à donner. Certains suppléments tels que les vitamines du groupe B, les vitamines B5 et B6 la vitamine C, le magnésium, le calcium, le ginseng sibérien,le ginkgo biloba, la racine de réglisse, l'ashwaganda et l'extrait glandulaire surrénalien seront d'un grand secours. Le rétablissement des glandes surrénales peut prendre beaucoup de temps pendant lequel il faut suivre le traitement sérieusement. Selon la gravité de l'épuisement surrénalien, il faut compter au minimum six mois et, dans certains cas plus graves, jusqu'à plusieurs années avant d'atteindre un niveau d'énergie optimal.

Pour plus d'information sur les glandes surrénales, voir mon livre "L'hypothyroïdie expliquée", Quebecor, 2009.

9 commentaires:

  1. SUPER INTERESSANT ET INSTRUCTIF TON BLOG GINETTE, BRAVO JE TE FÉLICITE. JE MANQUERAI PAS DE M,Y RÉFÉRER.

    DIANE

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Gisèle, j,ai fais le test avec nature pate pour les surrénales et après 14 gouttes le résultat était rouge et selon le test questionnaire de fatigue et stress, elle m'a suggère de prendre adreset et cortico b5b6 de métrage ici. Est-ce que vous connaissez ces produits? Est-ce un bon choix? Il y a-t-il une interactions avec le fait que je prends su s'y trouve pour ma glande thyroïde? Je prends aussi oestrogel et prometrium depuis deux mois pour débalancement hormonal précoce... Est-ce que cela est relié? Merci!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Anonyme du 2 juin,
    Je ne connais pas ces produits, et un programme pour remonter le système hormonal demande un suivi plus important que ce que je peux offrir ici. Il faudrait consulter un naturopathe qui comprend ce système. Il faut y aller prudemment quand même... on ne peut pas se mettre à stimuler toutes les glandes en même temps. Et oui, dans le corps, toutes les glandes sont reliées. Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Depuis plus de 7 ans Je souffre d'hypersomnie, fatigue extreme, Je dors 15 h par jour au minimum, il m'est IMPOSSIBLE de me réveiller le matin. Je ne peux plus travailler et du fait du manque de revenus et de la fatigue Je suis toujours allongee. J'ai des douleurs. articulaires, cephalees, troublés des règles, des frissons et sueurs abondantes la nuit. Je prends du prozac qui ne fait rien. Mais depuis Je commence à déprimer donc je n'ose pas arreter le prozac. je fais maintenant des crises d'astme et tousse après le moindre effort physique. Les medecins ne cherchent pas ce que j'ai et me disent que j'aurais ça toute ma vie... cette attitude non scientifique me revolte. J'ai 32 ans et a cause de la fatigue Je m'alimente tres peu. Auriez vous s'il vous plait un avis sur mon etat de santé et des indications de professionels a consulter svp? J'habite en region poitou charentes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous vos symptômes pourraient indiquer une fatigue des glandes surrénales (hypoadrénie), un déséquilibre hormonal. Vous devrez peut-être insister un peu auprès de votre médecin pour le faire vérifier (bilan sanguin, urine de 24 heures). Avec des symptômes si importants, il vous faut un suivi médical avant tout pour éliminer toutes les causes possibles. Je ne comprends pas pourquoi vous prenez du Prozac si vous ne souffrez pas de dépression. En fait, cela doit vous amortir encore plus. Vous pouvez être triste et découragée par votre état sans sombrer dans la vraie dépression. Il y a une différence comme vous semblez le dire.

      Un naturopathe pourrait aussi vous aider à trouver le bon chemin. Étant du Canada, je ne connais pas les thérapeutes chez-vous. Comme vous dites ne pas beaucoup vous alimenter, il devient très important de bien le faire, c’est-à-dire de manger sainement. Éviter tous les sucres, les produits laitiers (en rapport avec l’asthme), la caféine, etc. Manger surtout des légumes, un peu de fruits, des œufs, des viandes maigres, noix, afin d’assurer un apport suffisant de protéines, de vitamines et de minéraux.

      Vérifiez aussi que vous ne souffrez pas de candidose (Candida albicans). Vous trouverez plus d’informations sur ces sujets sur mon blogue santé et dans mes livres.

      Bon courage.

      Supprimer
  5. Bonjour,
    Ma fille de 6 ans a été opérée en juin 2013 d'une tumeur cérébrale appelée craniopharingiome qui a nécessité l'ablation totale de l'hypophyse,; Donc... depuis 6 mois maintenant, je connais un peu le rôle des surrénales.

    Pour ma part, depuis le diagnostic (mai 2013), je suis fatigué, stressée, sous tension,anxieuse... Et depuis presque 4 semaines maintenant, mon médecin de famille m'a mis en arrêt pour épuisement global anxieux. Mon traitement est 1 complexe multivitaminés, magnésium+B6 et repos et sieste à gogo. Pas d'antidépresseur car pour lui, il ne s'agit pas de cela. Je suis belge.

    Ma question est la suivante: pensez vous que je devrais demander, vous la situation extrêmement douloureuse et difficile que nous avons traversée, si je ne serais dans cet état d'épuisement des glandes surrénales.
    Je vous précise également que je suis en Hypothyroïdie. Je prends L-Thyroxine 75 mg, j'ai pris environ 4 kg depuis le diagnostic (principalement sur le ventre parce que pour essayer de me maintenir en forme, je mange et principalement du sucré)?

    Je suis censée recommencer travailler mardi 11/02 mais je ne crois pas en avoir la force. Je suis angoissée au réveil à l'idée de devoir me lever et assumer une journée, ET je m'angoisse déjà de voir mon congé maladie se terminer mais je culpabilise de ne pas être capable de reprendre même après 4 semaine de repos...Bref... Même si certains jour, je ressens une amélioration, pour me ressentir tout aussi vidée 2 ou 3 jours plus tard.

    J'espère que vous lirez ce commentaire et que vous pourrez m'apporter un conseil.

    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Laurence,

      Après tout ce que vous avez vécu... rien de pire qu'un enfant malade... pas étonnant que vous soyez épuisée, et je suis tout à fait d'accord avec votre médecin, ce n'est pas nécessairement une dépression. Vous dites avoir été en congé un mois, mais en fait, cela peut prendre des mois, parfois même un an avant de revenir d'un épuisement. Le sucre est à considéré comme de la poison et est souvent la source d'anxiété, d'angoisse et de crise de panique. Le bannir complètement.

      Comme votre glande thyroïde est déjà faible, il est certain qu'il faut surveiller votre TSH et que vos glandes surrénales travaillent encore plus fort afin d'assurer un certain équilibre dans le corps. Thyroïde et surrénales travaillent en synergie.

      Assurez-vous de prendre un supplément de vitamines B (complexe B) 2 fois par jour en y ajoutant en plus la B5 qui est plus spécifique aux glandes surrénales. Aussi, de grandes doses de vitamine C (3000 à 5000 mg par jour); elle aussi soutient les surrénales. Si vous vous sentez déprimée, vous pouvez aussi prendre du millepertuis qui vous aidera à relaxer, à avoir un meilleur sommeil. Le millepertuis est considéré comme un antidépresseur naturel pour les déprimes légères à modérées. La réglisse aide aussi à soutenir les glandes surrénales mais déconseillée si vous souffrez d'hypertension.

      Lâchez la chère culpabilité...elle ne fait que vous faire sentir pire (je sais, plus facile à dire qu'à faire)! Donnez-vous du temps. J'espère que votre médecin est compréhensif et vous donne un congé supplémentaire. Une visite chez un ostéopathe pourrait aussi aider à vous reprendre en mains plus rapidement.

      Bonne chance! J'espère que votre fille va bien maintenant!

      Supprimer
  6. Bonjour je supporte difficilement ma fatigue chronique. Quel complément extrait surrenalien me conseillez vous svp? Jai déjà essayé la rhodiola ce n'est pas suffisant et le ginseng me rend encore plus stressée et nerveuse...le manganèse est bien pour dormir mais tjs fatigué...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Charlotte,
      Il faut bien entendu commencer par demander un bilan sanguin afin d'exclure d'autres causes à la fatigue, comme par exemple l'anémie qui est très fréquente. Si tout est normal de ce côté, on révise d'autres paramètres. Par exemple, les allergies et les intolérances alimentaires sont une grande cause de fatigue, de léthargie et même de dépression. Comme de raison, un style de vie stressé, une candidose systémique ou/et une alimentation mal équilibrée peuvent aussi être en cause. Certains tests peuvent vérifier le fonctionnement de vos glandes surrénales. Si la fatigue vient d'un épuisement des glandes surrénales, il n'y a pas de pilule magique... un programme comme décrit dans l'article plus haut sera nécessaire et comprendra plusieurs composantes dont les vitamines B complètes, de la vitamine B5 supplémentaire, de la vitamine C et différentes plantes sont recommandées. Le programme doit être ajusté selon la personne car chacun réagit différemment. Un excellent livre sur le sujet est celui de Dr James Wilson : L'adrénaline, trop, c'est trop! Un suivi avec un naturopathe vous guiderait et l'ostéopathe peut aussi aider à retrouver plus d'énergie.

      Supprimer