Rechercher dans ce blogue

Un poème: Ces mots

Ces mots

Si j'avais les mots, je te dirais
Ce que tu veux m'entendre dire
Si j'avais le rythme
Je te chanterais ces mots
Si j'étais en colère, je les crierais
Mais je suis là, seule avec mon crayon
Qui glisse sur le papier sans destination
Des mots tout simples, disjonctés
Des mots sans retenue, sans logique
Des mots échappés de je ne sais où
Parce qu'ils débordent de partout
Parce qu'ils veulent être entendus
Ils désirent atteindre une âme
Ces mots dont je ne contrôle pas le destin
Si je connaissais ces mots
Je les libérerais, pour qu'à leur guise
Ils te chatouillent l'intérieur
Ces mots chauds et passionnés
Qui attendent d'être enfin libérés.

Gisèle Frenette
(nov 2009)

Livre: Trouver sa bonne étoile et le chemin de la réalisation de soi

Trouver sa bonne étoile et le chemin de la réalisation de soi de Martha Beck est un des meilleurs livres que j’ai lu depuis très longtemps. L’auteur a un don pour nous relayer plein d’informations importantes tout en étayant son travail d’exemples intéressants, d’exercices pratiques et une bonne dose d’humour.

Ce livre est surprenant. Facile à lire, il nous guide tout au long de la route que l’on devrait suivre pour trouver notre bonne étoile. Il ne suffit pas de rêver sa vie; on doit travailler pour réaliser notre rêve. À travers les chapitres, on se pose des questions, trouve des réponses qui nous aident à voir l’avenir sous un autre œil, un où tout est possible si on sait ce qu’on veut. Elle nous apprend à lire nos boussoles intérieures, à définir nos désirs profonds, à développer notre intuition, à identifier les pièges qui ralentissent notre progression.

Chronique touche à tout

Le diabète : Il y aurait au Québec près de 650 000 personnes vivant avec le diabète, soit environ 9 % de la population adulte. Pire encore, 200 000 d’entres elles, souvent âgées de plus de 40 ans, ignorent qu’elles en sont atteintes. Comme le diabète peut causer des complications graves impliquant les yeux, les reins, le cœur et les artères, le système nerveux en plus d’accroître la sensibilité à l’infection, il importe de s’en préoccuper plus tôt que tard.
Référence :
http://www.diabete.qc.ca/html

Les produits naturels : Voici une liste des 12 suppléments les plus utilisés les dernières années d’après un article de Lise Guenette et Gilles Parent dans le magazine Au Naturel d’octobre 2009 : le calcium, le chardon-marie (protecteur du foie), le collagène, l’échinacée, les enzymes digestives, la glucosamine et la chondroïtine (favorisent l’entretien et la réparation des articulations), le millepertuis (pour combattre la dépression légère à modérée), les oméga-3, les probiotiques, les vitamines B, la vitamine C et la vitamine D (vitamine soleil)

Le tabagisme : Au Canada, la cigarette est responsable d’environ 30% de tous les cancers et de plus de 80% des cancers du poumon. Près de 48 000 Canadiens, dont environ 12 000 Québécois, décèdent chaque année à la suite de maladies liées au tabagisme. Et pourtant, il y a encore plus de 34 000 jeunes qui commencent à fumer à chaque année au Québec.

Lycopène : La tomate rouge (préférablement cuite), le melon d’eau et le pamplemousse rose contiennent du lycopène, un caroténoïde aux vertus anticancérigènes qui pourrait aider à prévenir certains cancers dont celui de la prostate.

Les parasites intestinaux: Qui en a?

En Amérique du Nord, l’incidence des parasites comme menace à la santé est probablement le facteur le plus négligé qui soit. Les statistiques nous parlent du haut taux d’infestation parasitaire dans les pays sous-développés, mais il devient évident que le problème est aussi présent et de façon importante en Amérique du Nord, c’est-à-dire, chez-nous!

Un parasite est un organisme qui dépend d’un autre organisme (hôte), pour sa nourriture et son toit, sans rien lui donner en échange. On estime que 85% ou plus de la population souffre de troubles reliés aux parasites. Les buts ultimes des parasites sont la survie et la reproduction. Avec une personne comme hôte, les parasites se nourrissent au détriment de cet individu qui perd les bienfaits de sa nourriture et des nutriments essentiels, le laissant fatigué et affamé. Voilà pourquoi une personne ayant des « vers » a toujours des fringales.

Notre style de vie moderne a contribué à l’épidémie parasitaire. Prenons comme exemples, nos eaux que ce soit des réseaux municipaux ou ruraux, les animaux domestiques, la nourriture exotique (sushi), l’usage accru des antibiotiques et des médicaments immunosuppresseurs, la révolution sexuelle et les voyages internationaux.

Les symptômes communs associés aux parasites sont la diarrhée, le ballonnement, la douleur abdominale, la flatulence, les vomissements, la fatigue et les fringales insatiables. Même si certains tests de selles peuvent mettre à jour certains parasites, souvent ils ne sont pas découverts et les résultats reviennent négatifs. Certains médecins vont traiter quand même, en se basant sur les symptômes, surtout si le client est revenu d’un voyage au loin avec ces troubles. Sans égard pour le type de parasites, le résultat final sera toujours le même si le problème n’est pas irradié. L’infestation parasitaire cause une toxicité, des dommages aux tissus du corps où les parasites sont logés, et une suppression du système immunitaire telle que l’allergie, l’hypoglycémie et la fatigue chronique.

Plusieurs autres symptômes indiquent la présence de parasites dans le corps humain : démangeaisons dans les oreilles, nez ou anus, dysfonction sexuelle chez l’homme, réflexes ralentis, perte d’appétit, trouble de mémoire ou de concentration, une coloration jaunâtre de la peau, palpitations cardiaques, douleur à la poitrine, douleur ombilicale, grande appétit mais toujours affamé, trouble de la vision, douleur dans les cuisses ou épaules, brûlures d’estomac, la constipation, cycle menstruel douloureux, baver durant le sommeil, grincement de dents même durant le sommeil et uriner au lit. Un symptôme très commun chez les enfants est une toux sèche persistante mais non productive, habituellement pire la nuit, et qui résiste aux sirops pour la toux. Certains enfants sont même traités pour l’asthme alors que leurs symptômes disparaissent complètement suite à une cure contre les parasites. Ces symptômes peuvent apparaître et disparaître, mais la personne infectée demeure infectieuse et peut passer son problème aux autres aussi simplement que par une poignée de mains.

Plusieurs combinaisons aux herbes sont efficaces contre les parasites. Des ingrédients ayant fait leurs preuves sont l’extrait de la graine de pamplemousse, le noyer noir, l’ail, la citrouille et l’artémise. Il faut toujours ajouter des probiotiques (bonnes bactéries) au programme, pour refaire une flore intestinale saine.

La prévention est toujours la meilleure initiative car un système immunitaire fort sera votre meilleure défense comme tous les intrus. Donc, veillez à votre diète, évitez le sucre sous toutes ses formes, ainsi que les aliments raffinés et contenant peu de fibres. La fibre accélère le temps du transit intestinal diminuant la fermentation, donc rendant l’intestin moins invitant aux parasites. Soyez prudents quand vous mangez des aliments exotiques, surtout si les viandes et poissons crus ou peu cuits. Lavez vos mains à l’eau savonneuse après avoir flatter un animal. Éduquez vos enfants à faire de même. Avant, durant et après un voyage, prenez des probiotiques et des enzymes digestives pour vous rendre plus résistant aux envahisseurs.
 
Pour en savoir plus: Tout sur la santé de l'intestin, disponible livre papier ou numérique

Les varices

On estime que 15 à 30% de la population est au prise avec des varices. Les femmes en sont victimes de deux à trois fois plus souvent que les hommes. Les veines deviennent des varices lorsque les parois de soutien des veines faiblissent. Les veines deviennent anormalement grosses, enflées, bleuâtres, même tordues et sont surtout situées au niveau des jambes. Ceci résulte d’une faiblesse des valves dans les veines qui ne fonctionnent pas correctement, donc le sang qui devrait normalement retourner au cœur s’accumule dans les veines, les étire et cause des varices.

Les varices causent une sensation de lourdeur, de fatigue dans les jambes, des crampes nocturnes, de l’enflure aux chevilles et aux pieds ainsi que de la douleur. Si le processus n’est pas rectifié, les veines deviennent douloureuses et l’inflammation entre en jeu. Dans un cas grave, des ulcères peuvent se former sur les jambes. La personne peut aussi développer une phlébite, c’est-à-dire un caillot sanguin dans une veine. Cette situation constitue une urgence médicale afin d’éviter les complications (embolie pulmonaire).

Un travail debout, toujours s’asseoir les jambes croisées ou repliées sous soi, un travail assis toute la journée, la grossesse, l’obésité, la levée de poids lourds et la constipation aggravent la situation. La marche, la natation, le vélo ou tout exercice qui fait circuler le sang sont recommandés. Les hémorroïdes sont des varices des veines de l’anus particulièrement déplaisantes.

La diète doit encourager la bonne élimination intestinale et la perte de poids. L’ajout de fibres comme le psyllium peut être nécessaire. La vitamine E est utile car elle améliore la circulation et l’élasticité des tissus (ne pas prendre de vitamine E si vous prenez des anticoagulants- héparine, Coumadin, warfarine).

Les vitamines du complexe B et la vitamine C aident à prévenir la formation de caillots. L'extrait de pépin de raisin ou pycnogénol aide à renforcer les capillaires sanguins et peut aider à prévenir et à traiter les varices.

Comme les causes principales des varices sont la constipation et la mauvaise circulation, il est important de nettoyer le sang pour augmenter la qualité de la circulation. Le pissenlit stimule le foie et la fabrication de la bile. Le ginkgo biloba a une action double, agissant sur les veines et les artères. Il peut grossir les vaisseaux sanguins et stimuler la circulation du sang.

Le calcium aide aussi à soulager les crampes dans les jambes. L’épine de rat soutient la circulation par son contenu élevé en flavonoïdes (des substances naturelles qui fortifient les parois des capillaires) et assure la viscosité du sang. Le marron d'Inde soulage les douleurs aux jambes et il fournit des bienfaits anti-inflammatoires.

Les enzymes digestives, car tout commence par la digestion!

On sait maintenant qu’un dysfonctionnement du système digestif est souvent à l’origine de troubles de santé. Or, les enzymes digestives sont essentielles au processus de la digestion. Ce sont elles qui aident à optimiser la transformation des aliments pour en assurer la bonne assimilation.

Chaque enzyme digestive a un rôle bien spécifique. Par exemple, les protéases digèrent les protéines, les amylases dégradent les hydrates de carbone, les lipases s’occupent des graisses et des huiles, et les lactases des produits laitiers. Certains auteurs suggèrent qu’on vient au monde avec une certaine quantité d’enzymes et que l’on meurt lorsque cette réserve est épuisée. Chose certaine, plusieurs facteurs influencent le fonctionnement enzymatique, dont les parasites, le tabagisme, la caféine, la prise de médicaments, une mauvaise alimentation, un déséquilibre acido-basique et le manque d’acide chlorhydrique dans l’estomac. On sait aussi que notre organisme sécrète de moins en moins d’enzymes en vieillissant. L’activité enzymatique pourrait même être réduite par le stress et l’épuisement.

Plusieurs symptômes indiquent un manque d’enzymes digestives : les brûlures d’estomac, l’indigestion, la sensation de lourdeur à l’estomac, les ballonnements, les gaz, la fatigue après les repas, la constipation, la diarrhée, l’intolérance alimentaire, une perte d’appétit ou un dédain pour la viande. Une déficience prolongée en enzymes digestives peut être liée à l’inflammation chronique, comme dans les cas d’arthrite, de fibromyalgie, d’halitose (mauvaise haleine), d’obésité et de migraines. Les recherches ont démontré que la prise d’enzymes digestives supplémentaires est bénéfique : meilleure digestion, élimination plus efficace des toxines, réduction de la douleur et une récupération plus rapide après une chirurgie.

Lorsqu’on achète un supplément d’enzymes digestives, on a le choix entre une enzyme de source animale ou végétale (convient aux végétariens). Il est important de s’informer à savoir si la formule choisie contient ou non de l’acide chlorhydrique, qui fait de plus en plus souvent défaut dans l’estomac après l’âge d’environ 40 ans. Cet acide aide à optimiser la digestion, mais il est déconseillé aux gens souffrant d’un ulcère gastrique ou duodénal. Certaines personnes bénéficieront d’un soulagement presque immédiat de leurs troubles digestifs, alors que pour d’autres, le soulagement viendra peu à peu.

Il est impossible d’être en bonne santé sans une bonne digestion, alors les enzymes digestives pour s’avérer être le premier pas dans la bonne direction.

Livre : Guérir de soi

Nathalie Jean est l’auteure du livre Guérir de ses peurs qui nous parlait de l’agoraphobie, un mal de vivre qu’elle a elle-même enduré durant de nombreuses années. Forte de s’être affranchie de ce mal, elle est devenue psychothérapeute et conférencière. Elle offre maintenant ses services à tous les gens aux prises avec des troubles semblables.

Guérir de soi (Dauphin Blanc 2009) est son tout dernier livre. D’ailleurs, son sous-titre le décrit bien : S’affranchir de la dépendance, de la honte, de la culpabilité et des troubles de la personnalité. Elle y aborde de façon simple et compréhensible ces différents troubles et nous aide à mieux cerner et comprendre la honte, la culpabilité, la dépendance affective. Elle nous propose ensuite un processus de guérison appuyé par la compréhension de nos émotions
.

Le reflux gastro-eosophagien

Le reflux gastro-oesophagien est causé par la remontée d'une petite quantité du contenu de l'estomac dans l'œsophage. Ce dernier est un tube élastique d'environ 25 centimètres de long et 2,5 centimètres de diamètre reliant la bouche à l'estomac. Le sphincter oesophagien inférieur, aussi appelé le cardia, agit comme une petite valve qui laisse les aliments descendre dans l'estomac tout en empêchant le reflux de l'acidité stomacale vers le haut.

Lorsque le sphincter cardia laisse s'échapper des sucs gastriques très acides vers le haut de l'appareil digestif, cela entraîne certains symptômes déplaisants tels que les régurgitations acides, la sensation de brûlure et d'irritation à l'œsophage et à l''estomac, une toux persistante souvent nocturne et une douleur thoracique. D'autres manifestations telles que la voix enrouée le matin, le mal de gorge persistant, la mauvaise haleine, le hoquet récurrent, des symptômes d'asthme et des nausées peuvent également être liées au reflux gastro-oesophagien. Si le problème persiste, il peut mener à certaines complications dont l' inflammation et l'ulcération de la paroi de l'œsophage ainsi qu'à des problèmes dentaires (dus à acidité dans la bouche).


Ces malaises peuvent fréquemment être soulagés en appliquant quelques changements simples aux habitudes de vie (extrait de mon livre Tout sur la santé de l'intestin, 2e édition, Quebecor 2012):

• Prendre de plus petits repas, en préférant une diète plus alcaline.
• Limiter les irritants tels que les aliments gras, épicés ou acides, la caféine et l’alcool.
• Éviter les aliments très chauds ou très froids.
• Prendre un supplément d’enzymes digestives au début de chaque repas.
• Garder un poids santé.
• Éviter les vêtements ou ceintures trop serrés.
• Éviter de se pencher vers l’avant (la tête en bas), les exercices violents ou de se coucher à moins de trois heures après un repas.
• Abandonner le tabagisme qui augmente le reflux d’acide et diminue la salive.
• Surélever la tête du lit de 15 à 20 centimètres.
• Relaxer durant et après le repas.
• Les tisanes de fenouil, de gingembre et de camomille peuvent aider à la digestion.

Le vaccin pour la grippe A H1N1: oui ou non

Depuis de début de la pandémie de la grippe A H1N1, je me suis abstenue d’en parler sur mon blog. Pourquoi? Je ne saurais dire exactement. Peut-être surtout parce que je ne savais trop quoi en dire. Je me désole en regardant la réaction de la population à ce régime de peur. Je suis triste de voir que les gens croient tout ce qui leur est dit sans même faire leur propre recherche. Les spécialistes ont parlé; ils doivent savoir de quoi ils parlent. Oui, je suis d’accord qu’ils font de leur mieux.

Mais, n’avons-nous rien appris? Alors qu’à tout bout de champ, on découvre un nouveau scandale, que d’autres mensonges sont dévoilés, allons-nous faire aveuglément confiance au système de la santé avec ce que nous avons de plus important, notre santé et celles de nos enfants?!

On me demande régulièrement si je vais me faire vacciner. Et bien non, je ne me ferai pas vacciner car j’ai bien plus peur du vaccin que de la grippe. Voilà tout est dit!

J’aimerais vous faire part de deux sites internet qui offrent de l’information qui me semble pertinente. À vous de décider!
http://www.jean-jacques-crevecoeur.com

http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=grippe-a-h1n1-la-vaccination-en-10-questions-pratiques-2009100899&source=bulletin

Beurre ou margarine?

Cet article est de Ghislain Martel à www.advitae.net

Plusieurs informations circulent actuellement sur le web sur la prétendue valeur du beurre versus la margarine. Peut-être avez-vous vous-même reçu un de ces messages!

L'information véhiculée dans ce dernier annonce que la margarine (sans préciser la marque ou la sorte) est très toxique et génère des cancers, problèmes cardiovasculaires etc.

Quoi qu'il en soit, je ne suis pas d'accord avec ce genre de message. C'est très simpliste et limitatif. Je déplore ce genre de message qui désinforment de façon aveugle! C'est comme de dire que toutes les céréales sont bonnes pour la santé, sans égard pour le type et la marque!

J'en profite donc pour apporter un peu de précision sur ce sujet controversé.

Tout d'abord, il ne faudrait pas mettre toutes les margarines dans le même bateau!

Certaines margarines sont absolument meilleures pour la santé que le beurre! Ce vieux mythe vient de l'époque où les margarines étaient toutes faites à partir d'huiles composées d'acides gras très saturés (comme l'huile de palme) et/ou étaient hydrogénées pour les rendre solides. De même, en règle générale, moins un corps gras est solide à la température de la pièce et meilleur il est pour votre santé.

Toutefois, et il faut le répéter, la margarine a en général la même valeur calorique que le beurre. C'est-à-dire qu'elle n'est pas moins engraissante. Donc, tous les corps gras, qu'ils soient beurre, margarine ou huile végétale, ont à peu près la même valeur calorique, ils contiennent tous des corps gras. On ne prend donc pas de la margarine pour maigrir, quoique le fait d'avoir ses artères en meilleure condition peut aider à nous maintenir actif et améliore quelque peu notre métabolisme! Mais ça, c'est une autre histoire!

Aujourd'hui les bonnes margarines sont meilleures que le beurre pour la santé car elles contiennent plus d'acides gras insaturées et ne sont plus hydrogénées, donc elles ne contiennent plus d'acides gras trans. Regardez les étiquettes! Il faut d'ailleurs s'assurer de toujours choisir celles qui sont "non-hydrogénées" et constituées d'huiles insaturées comme l'huile de tournesol, de canola, de maïs et d'olive. Certaines bonnes marques, qui contiennent de l'huile d'olive, sont d'ailleurs délicieuses sur les rôties le matin et sont définitivement meilleures pour la santé que le beurre. Moi, je la prend avec du pain bio intégral et c'est vraiment délicieux! Cependant, rien ne remplace de bonnes huiles insaturées issues d'une première pression à froid dans les salades et les mets préparés!

C'est donc faux d'affirmer que la margarine nuit à la santé cardiovasculaire et induit davantage de maladies! C'est très irresponsable et inconséquent! Quand au contenu en plastique ou en molécules similaires, information véhiculée dans certains messages, je doute qu'il y ait quelque parcelle de vérité là-dedans. La margarine existe depuis environ 100 ans, même si les premières versions étaient plutôt mauvaises et chimiques. Vous ne pensez pas que cela aurait fait des vagues depuis longtemps?

Manger beaucoup de beurre (plusieurs portions par jour par exemple) est au contraire néfaste à la santé du coeur, des artères! Le beurre ne contient tout simplement pas suffisamment de bon gras (acides insaturés) pour soutenir la santé! Il provoque une augmentation du mauvais cholestérol (LDL) et une diminution de bon cholestérol (HDL), et davantage chez les personnes sédentaires. Par contre, c'est vrai qu'il contient, dépendamment des saisons, des vitamines A, D et E et, même si la margaine en contient généralement moins que du beurre d'été, elle en contient généralement plus que du beurre d'hiver (car les vaches sont nourries avec du fourrage d'hiver appauvri en vitamines).

PAR CONTRE: Il faut éviter absolument les margarines hydrogénées, même partiellement, car elle renferment des gras trans. Il faut aussi éviter les margarines dites "dures" ou à bon marché. Si possibile, favorisez les huiles polyinsaturées pour les salades ou les mets froids et les huiles monoinsaturées (comme l'huile d'olive) pour la cuisson. Vous vous en porterez que mieux tout en appréciant leur saveur raffinée.

Cela étant dit, je ne déteste pas un peu de beurre de temps en temps surtout pour la cuisson! De plus, lorsque la santé est importante pour nous, il est tout à fait concevable d'adapter son goût à celui plus santé de la margarine de qualité. Certaines ont un très bon goût. Mais comme tout le reste, tout abus est préjudiciable à votre santé!

En définitive, c'est à vous de choisir.

Bon appétit!

L'endométriose

En Amérique du Nord, l'endométriose affecte approximativement 5 à 10 % de la population féminine adulte. C’est une condition où les cellules de l’endomètre (la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus) prolifèrent à l'extérieur de l'utérus. Ces tissus anormaux peuvent s’étendre aux ovaires, aux tubes de Fallope, la vessie, l’appendice, le petit et gros intestins, le plancher pelvien et dans la musculature utérine.

L’endométriose apparaît durant les années de reproduction de la femme, le plus souvent entre 25 et 40 ans. La condition amène plusieurs symptômes donc le plus visible est certainement les menstruations douloureuses. Certaines femmes sont tenaillées par la douleur dans l’utérus, le bas du dos et dans les organes pelviens, souvent autant avant que durant leurs périodes. D’autres souffrent aussi de douleurs intermittentes à travers le mois, de relations sexuelles douloureuses, de saignements excessifs, de nausées et vomissements, de constipation (surtout autour des périodes) et même d’infertilité. Un flot sanguin excessif amène communément de l’anémie ou une déficience de fer entraînant alors de la fatigue et un manque de vitalité.

Une victime typique a la fin de la vingtaine et n’a pas encore eu d’enfants. Les femmes utilisant des méthodes contraceptives intra-utérines ont une incidence plus élevée de cette affection. De 30 à 40% des femmes atteintes d'endométriose sont infertiles ou ont du mal à devenir enceinte. Environ 40% des femmes qui subissent une hystérectomie souffrent d’endométriose.

L’endométriose a des symptômes semblables à ceux de l’intestin irritable ou d’une infection de vessie. Un gynécologue utilisera un ultrason pour diriger son diagnostic, mais la seule méthode de diagnostic certaine est une procédure nommée laparoscopie. Une biopsie des tissus confirmera la présence de l’endométriose. Même sans intervention, les symptômes cessent presque complètement à la ménopause.

Plusieurs auteurs pensent que la raison pour laquelle on en voit de plus en plus est l’excès d’oestrogènes ingérés en mangeant du bœuf, poulet, dinde et les produits laitiers. Ils croient aussi que les femmes pourraient mieux tolérer cet excès de toxines (hormones et viandes) si leurs intestins étaient réguliers et propres. Le docteur Zoltan Rona mentionne l’usage de l'huile de graine de lin
, d'huile d'onagre ou les acides gras essentiels (omega 3), comme suppléments pour un traitement complémentaire de l’endométriose. Ce programme nécessite au moins 6 mois d’essai avant d’être rejeté. Il ajoute aussi des vitamines et minéraux tels la vitamine E, C, le complexe B, les bioflavonoïdes, et le calcium et magnésium.

Il est important d’éviter la caféine, le chocolat, le sel, le sucre, le gras animal, la friture, les produits laitiers, et les aliments raffinés. Ils aggravent les problèmes féminins en dérobant des nutriments essentiels. La diète devrait inclure 50% de fruits et légumes crus, ainsi que des grains entiers, des noix et graines et du poisson. Une boisson verte comme la chlorophylle est fortement recommandée tout comme les légumes verts.

L’exercice quotidien a aidé beaucoup de femmes; la marche et les étirements sur une base régulière sont bénéfiques. Les exercices très exigeants comme l’entraînement pour les marathons peuvent aggraver le problème et ne sont pas recommandés.

Les femmes qui travaillent sont plus vulnérables à l’endométriose; on recommande donc du repos, la relaxation et une réduction du stress. Plusieurs femmes témoignent d’un soulagement remarquable suite à l’instauration d’un programme naturel continu.

Livre : La Switch de votre destin

Voici un livre que chacun devrait lire. La Switch de votre destin par Peggy McColl est un rappel que nous avons en nous le pouvoir de transformer nos vies. Il offre des outils qui permettront à qui optera de les utiliser, de recréer sa vie. C’est plus qu’un simple livre de croissance personnelle; il nous aide à comprendre nos émotions et nous apprend comment les utiliser pour positiver sa vie.

C’est le genre de livre qui se lit sans se forcer. Les propos sont pleins de gros bon sens, les explications limpides, le tout parsemé d’exemples de cas réels. Au fur et à mesure de la lecture, on se promet de reprendre contrôle de notre vie en travaillant nos émotions. D’ailleurs, le sous-titre du livre est : « Contrôlez vos émotions et attirez la vie dont vous rêvez! » C’est un rappel que notre vie est ce qu’on en fait!

Adieu aux bouffées de chaleur de la ménopause

À cause des changements hormonaux occasionnés par la ménopause, des symptômes tels que des bouffées de chaleur, une libido diminuée, la sécheresse vaginale, les troubles émotionnels (anxiété, irritabilité) et les problèmes de sommeil peuvent faire leur apparition. Environ 70% des femmes ont des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes pendant la ménopause.

La compagnie Nature’s Sunshine offre depuis des années une solution intéressante à ces problèmes. Le produit Formule F.E. qui contient de la racine de dong quai et de la racine et du rhizome d’actée à grappe noire. Cette formule est offerte en version concentrée à libération lente qui permet un soulagement de 10 heures à la fois.

Formule F.E. (aussi appelée Flash Ease) aide à soulager les manifestations de la ménopause dont les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale, de même que les symptômes du syndrome prémenstruel causés par le déséquilibre hormonal. Il aide à réguler le cycle menstruel de la femme. Outre ces bienfaits, il exerce aussi une action stimulante sur la circulation sanguine, particulièrement aux organes reproducteurs et au cœur, il aide à relaxer et à soulager les spasmes musculaires (crampes aux organes reproducteurs) et l’inflammation rhumatismale.

La plupart des femmes ressentent une amélioration de leur état dès les quatre à huit premières semaines d’usage régulier du produit.

Pour plus d'information ou pour se procurer le produit: http://www.naturessunshine.ca

L’hypothyroïdie : son lien avec les émotions

La glande thyroïde joue un rôle important tant qu’au fonctionnement du système nerveux central. Effectivement, la fatigue, l’anxiété, la dépression ne sont que quelques symptômes d’une thyroïde déréglée. Considérée comme le régulateur central de notre organisme ou encore comme une glande maîtresse, la glande thyroïde et ses hormones thyroïdiennes affectent tous les systèmes du corps.

L’hypothyroïdie se manifeste lorsque la glande n’arrive plus à produire une quantité d’hormones thyroïdiennes suffisante pour assurer le fonctionnement normal de l’organisme. Il s’ensuit un ralentissement des fonctions qui se fera sentir tant sur le plan physique que psychologique. Toute une série de symptômes pourront apparaître selon la gravité de la carence en hormones thyroïdiennes, la santé générale de la personne affectée, son âge, son statut alimentaire et ses antécédents familiaux. Outre les symptômes physiques connus tels la fatigue, le manque d’énergie, la prise de poids, la frilosité, les troubles du sommeil, l’hypothyroïdie a souvent un impact important sur la santé émotionnelle de la personne.

La fatigue chronique, la perte de motivation, la faiblesse, la léthargie et l’épuisement peuvent parfois dégénérer à un état émotionnel plus inquiétant et débilitant. Il arrive que le manque de concentration, les sautes d’humeur, une sensation de tristesse sans fondement, une peur irraisonnée, les pertes de mémoire, la confusion, l’irritabilité, la nervosité, l’anxiété, les attaques de panique et même la dépression s’installent. Ceci s’explique par le fait que le cerveau est très sensible aux hormones sécrétées par la glande thyroïde. Il semble que même une légère diminution du taux d’hormones thyroïdiennes dans le cerveau serait susceptible de causer ces symptômes et ceux de la dépression. D’ailleurs, les manifestations d’hypothyroïdie sont souvent diagnostiquées comme une dépression en premier lieu. L’hypothyroïdie est découverte plus tard alors que les antidépresseurs ne semblent pas apporter les résultats escomptés.

Dans son livre Ton corps dit : aimes-toi!, Lise Bourbeau explique que pour la personne qui souffre d’hypothyroïdie : « son corps lui dit qu’elle désire passer davantage à l’action, qu’elle ne fait pas assez de demandes pour obtenir ce qu’elle veut au plus profond d’elle-même. Elle n’est pas assez en contact avec son JE VEUX. » De son côté, Louise Hay, dans son livre intitulé Heal your body, nous dit que la personne abandonne, qu’elle se sent désespérément étouffée.

L’aspect émotionnel de chaque maladie peut nous livrer un message caché. C’est le cri à l’aide de notre psyché. Il faut en prendre conscience pour mieux guérir. L’hypothyroïdie est souvent liée à un sentiment d’étouffement, une impression d’être victime de sa vie. La personne ne se sent pas en droit d’exiger ce qu’elle désire vraiment, de créer sa vie. Elle a le goût d’abandonner la bataille à force d’insatisfaction, de découragement à attendre son tour en vain. Elle passe son temps à ressasser les problèmes de sa vie, les échecs, les peurs; le négatif ainsi généré épuise la glande thyroïde et l’entraîne progressivement vers le déséquilibre.
(Voir mon livre L'hypothyroïdie expliquée pour plus d'informations)

Les rages de nourriture

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous avez des « rages de nourriture », comme par exemple, un besoin incontrôlable de chocolat, de café ou de noix? Plusieurs psychologues expliquent ce comportement par un manque ou un trop-plein au niveau émotionnel. On rage de certains aliments lorsqu’on est stressé, furieux ou qu’on se sent abandonné. Bien que ce côté de la médaille ait sûrement son importance,il est aussi possible qu’on mange parce que notre corps nous signale un manque nutritionnel et qu’on cherche inconsciemment à le combler.

L’extrait qui suit est tiré du livre Vitamin Bible de Earl Mindell. Il ajoute que des rages pour certains aliments peuvent indiquer une allergie à cet aliment, mais que plus souvent, c’est la manière dont se sert la nature pour nous pointer un manque de certaines vitamines ou de certains minéraux. Poursuivons avec les « cravings » les plus communes tout en notant que plusieurs de ces aliments sont aussi très sains en quantité modérée :

Le beurre d’arachide : Il est définitivement dans les dix plus communs. C’est une source riche en vitamines B
. Donc, regardez de ce côté si le beurre d’arachide est votre aliment de fringale lorsque vous êtes stressé ou autrement. Il est moins nocif à votre tour de taille d’ajouter un supplément de vitamine B à votre diète que de prendre du beurre d’arachide qui contient 284 calories par 50 grammes.

Banane : Si vous êtes constamment attiré par les bananes, votre corps a peut-être besoin de potassium.
Une banane moyenne en contient 555 milligrammes. Les gens qui doivent prendre des diurétiques ou de la cortisone (les deux retirent le potassium du corps) peuvent être déficients en potassium.

Fromage : Si votre histoire avec le fromage ressemble plutôt à une obsession, il vous manque peut-être du calcium et/ou du phosphore. Le brocoli en contient aussi sans avoir autant de calories. Prenez garde au fromage fondu (processed cheese) qui contient aussi beaucoup d’aluminium et de sel.

Beurre : Les végétariens ont souvent des rages de beurre parce que leur diète est basse en gras saturés. Certaines personnes cherchent le sel dans le beurre salé.

Cola : Quand on rage de cola comme choix de boissons gazeuses, cela indique souvent une faim pour du sucre ou une addiction à la caféine. Le cola n’a aucune valeur nutritionnelle.

Noix : Si vous cherchez constamment des noix, vous manquez possiblement de protéines, de vitamines B ou de gras
dans notre alimentation. Si ce sont des noix salées que vous préférez, il peut d’agir d’un goût pour le sel. Les personnes stressées cherchent plus souvent le sel que les gens calmes.

Crème glacée : Bien qu’elle contienne du calcium, les gens la quémandent surtout pour sa teneur en sucre. Les diabétiques et les hypoglycémiques en ragent souvent ainsi que les gens essayant de revivre la sécurité de leur enfance.

Les cornichons : Ils cachent sûrement un besoin de sel, bien qu’ils contiennent aussi du potassium.

Oeufs : Les œufs procurent du souffre, des acides aminés, des protéines, et du sélénium
.

Cantaloupe : Il contient du potassium et de la vitamine A en grande quantité. Juste un quart d’un cantaloupe contient 3400 unités de vitamine A. Ajoutez à ça de la vitamine C, du calcium, magnésium, phosphore, biotine et l’inositol, et voilà un aliment sain à abuser.

Olives : Qu’elles soient noires ou vertes, si vous en ragez, vous cherchez certainement le sel. Les gens avec une thyroïde sous active aiment souvent les olives. Le sel contient du sodium. Les hypertensives en cherchent souvent même s’ils doivent s’en abstenir.

Oignons : Les gens désirant des oignons ou des aliments épicés peuvent avoir des troubles des sinus ou de poumons.

Chocolat : Il est sûrement l’aliment le plus invoqué lorsqu’on parle de « cravings ». Les gens qui se disent incapables de résister au chocolat sont souvent à la recherche de caféine ou de sucre. La caroube est un substitut intéressant.

Lait : Un adulte qui rage de lait a souvent besoin d’un supplément de calcium. Comme le lait contient aussi des acides aminés tels le tryptophane, la leucine et la lysine, il est possible que votre corps en ait besoin. Les gens nerveux cherchent souvent sans le savoir le tryptophane dans le lait car il a un effet calmant.

Fruits acides : Une rage pour les fruits acides peut indiquer des problèmes au niveau de la vésicule biliaire ou du foie.

Peinture et de la terre: Les enfants ont tendance à manger de la terre ou de la peinture. Fréquemment, ceci indique une déficience en calcium ou en vitamine D.
Le problème se retrouve aussi chez les femmes enceintes qui doivent être informées que ces substances peuvent être nocives au développement du foetus.

Site et magazine sur la tension artérielle

Tout le monde connaît plus ou moins ce qu'est la tension artérielle. On sait qu'elle ne doit pas être trop élevée, car sinon, gare aux problèmes cardio-vasculaires, surtout si on est en présence de facteurs de risque incluant l'âge, le sexe, les antécédents familiaux, le diabète et le cholestérol. L'hypertension artérielle (haute pression) est aussi favorisée par le tabagisme, le surpoids, la sédentarité et la consommation d'alcool.

Le laboratoire Abbott lance un tout nouveau site internet français, de même qu'un magazine intitulé Bien vivre sa tension qui s'adressent aux médecins et aux patients. Facile d'accès, vous y trouverez de l'information dédiée à une meilleure santé, des témoignages, des conseils pratiques, de nombreuses entrevues vidéo et bien plus.

Le lait: intolérance au lactose

Près de 75% de la population mondiale éprouve des difficultés à digérer les produits laitiers. C'est que dès l'enfance, le lactase, l'enzyme nécessaire à la digestion du lactose commence graduellement à diminuer en quantité jusqu'à pratiquement disparaître chez un grand nombre d'adultes. Toutefois, le degré de tolérance diffère beaucoup d'une personne à l'autre. Certaines d'entre elles pourront en tolérer une certaine quantité bien dosée sans malaises, alors que pour d'autres, une quantité même minime suffira à provoquer des symptômes gastro-intestinaux tels des ballonnements, de la flatulence, de la douleur abdominale et même de la diarrhée.

Les produits laitiers fermentés comme le yogourt et les fromages affinés sont parfois mieux tolérés vu qu'une partie du lactose a été éliminée par l'action des bactéries durant la fermentation. Les personnes souffrant d'une affection impliquant le petit intestin sont plus à risques d'être intolérants au sucre du lait, car l'enzyme nécessaire à la dégradation du lactose en glucose et en galactose est fabriquée par les villosités de l'intestin grêle. Ainsi, les gens aux prises avec la maladie coeliaque (intolérance au gluten), la maladie de Crohn, une gastroentérite chronique, la chimiothérapie, la radiation ou un traumatisme du petit intestin ont généralement plus de difficultés à tolérer les produits laitiers.

Il faut éviter de confondre l'intolérance au lactose et l'allergie au lait qui est suscitée par sa composante protéique, la caséine. Pour les individus souffrant de troubles des sinus chroniques (congestion nasale, nez qui coule tout le temps), il s'agit très souvent d'une réaction à la caséine et non au lactose qui tend plutôt à déranger le système digestif. Afin de vous aider à bien lire les listes des ingrédients, il faut savoir que les produits laitiers et leurs composants portent plusieurs noms dont la caséine, la caséinate, le lactate, la lactalbumine, la lactoferrine, la lactoglobuline, le lactose, le lactosérum, le petit-lait, la protéine de lait et les solides de lait. N'oubliez pas que plusieurs médicaments contiennent également de ces ingrédients.

L’hypothyroïdie : qu’est-ce que c’est vraiment?

L’hypothyroïdie est une maladie de la glande thyroïde qui fait beaucoup jaser depuis qu’on a réalisé que son nombre de victimes rivalise aisément avec celui du diabète. Cette affection de la thyroïde se manifeste lorsque la glande n’arrive plus à produire suffisamment d’hormones thyroïdiennes pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme. Lorsque la glande thyroïde fonctionne au ralenti, il en va de même pour toutes les fonctions du corps : les battements du cœur ralentissent, la température du corps s’abaisse, le corps brûle moins de calories (surplus de poids), le cerveau s’embrume et plus encore.

Bien qu’à première vue l’hypothyroïdie semble être un état qui se contrôle facilement à l’aide d’une petite pilule par jour, des milliers de gens vous diront que ce n’est pas si simple. En effet, alors que certaines personnes retrouvent une vie normale en respectant le traitement traditionnel qui consiste à prendre un substitut d’hormones thyroïdiennes une fois par jour, pour d’autres la souffrance est loin de s’arrêter là. Saviez-vous que l’hypothyroïdie peut être la cause de votre gain de poids soudain, de votre manque de concentration, de votre dépression, de votre perte de cheveux, de votre difficulté à tomber enceinte, de vos fausses-couches, de votre taux de cholestérol élevé, de votre anémie, de votre épuisement chronique, de vos symptômes d’hypoglycémie? Quel lien existe-t-il entre l’hypothyroïdie et le diabète, ou encore l’arthrite?

Mon livre intitulé L’hypothyroïdie expliquée (Quebecor 2009) a été écrit dans le but de répondre aux questions qui entourent cette maladie. Il s’adresse autant aux gens qui sont déjà en cours de traitement, qu’il soit efficace ou plus ou moins satisfaisant, qu’aux personnes qui ont été avisées que leur thyroïde commence à faire défaut (hypothyroïdie subclinique). Il concerne aussi les proches, famille et amis de ces gens afin de les aider à mieux comprendre leur souffrance. Ce livre veut vous aider à trouver des solutions.

Table des matières


Introduction

Chapitre 1

Le système endocrinien
L’hypophyse
L’hypothalamus
La glande thyroïde
- Les facteurs hormonaux
- Ses rôles et ses fonctions
Les parathyroïdes
Les glandes surrénales

Chapitre 2
Les maladies de la glande thyroïde
L’hyperthyroïdie
L’hypothyroïdie
- Toute une gamme de symptômes
- Personnes à risque
Évaluation de la glande thyroïde

Chapitre 3
La détection de la maladie
L’auto-examen
La température basale
Les tests sanguins
- Les taux sanguins de la TSH
- Les taux sanguins des hormones T3 et T4
- D’autres analyses sanguines
Les tests complémentaires
Les controverses persistent

Chapitre 4
Le traitement médicamenteux
Le choix des médicaments
- La lévothyroxine (T4)
- La liothyronine (T3)
- Les extraits thyroïdiens naturels

Chapitre 5
L’hypothyroïdie à tous âgesLa femme
L’enfant
L’homme
Les personnes âgées
Les animaux

Chapitre 6
L’approche globale
Le foie et la glande thyroïde
- Le sucre
- La caféine
- Le tabac
- L’alcool
- Les toxines environnementales
Le renforcement des glandes surrénales
L’équilibre oestrogène /progestérone

Chapitre 7
Les problèmes connexes
La connexion auto-immune
- La maladie coeliaque
- Les maladies rhumatismales
- La fibromyalgie
- Le syndrome de Sjögren
- Le diabète
- Le vitiligo
- L’anémie pernicieuse
La dépression
La gestion du poids

Chapitre 8
Bien nourrir la glande thyroïde
Les goitrogènes
L’iode
Le sélénium
Le zinc et le cuivre
Le fer
La L-tyrosine
D’autres nutriments essentiels
- La vitamine A
- Les vitamines B, C et E
- Le calcium, le magnésium et le manganèse
- Les acides gras essentiels

Conclusion

Le fer: élément essentiel à la santé

Le fer est la nourriture du sang. Il est essentiel dans l’organisme; sans lui, la vie est impossible. Il accomplit plusieurs fonctions essentielles à la santé. On estime que la carence en fer est la déficience alimentaire la plus répandue chez les humains. Les plus grandes victimes sont les enfants et les femmes par les pertes menstruelles.

Les symptômes se manifestent par la fatigue, un manque d’énergie, la pâleur de la peau, joues, lèvres et langue, l’anémie, le souffle court, des vertiges, des maux de tête, le manque d’appétit, la constipation, de l’insomnie, des palpitations cardiaques et le manque de concentration. D’autres problèmes communs sont les ulcères buccaux, la perte de cheveux, les ongles mous et les démangeaisons. Une déficience en fer chez les enfants peut produire des symptômes psychologiques comme des difficultés d’apprentissage, l’hyperactivité et le manque d’attention, ainsi que l’anémie et même un quotient intellectuel diminué. Toutes ces perturbations sont dues au manque d’oxygène dans les tissus. Les régimes amaigrissants répétés et les troubles gastriques ou intestinaux causent aussi le manque de fer. Les personnes âgées sont très susceptibles au manque de fer.

L’anémie est détectée par un test sanguin. Certains enfants souffrent d’une condition qui se nomme « pica » qui leur donne des envies de manger des choses immangeables telles que de la terre, leurs jouets ou de la glace. Lorsque la supplémentation de fer est ajoutée, le problème disparaît rapidement.

On retrouve du fer dans des aliments comme le foie, certains légumes comme les épinards, le persil et le cresson, le germe de blé, le bœuf, les coques, la mélasse, les graines de tournesol et de sésame, les fèves, le millet, les oeufs et les pêches.

On peut ajouter à notre régime un supplément de fer naturel avec de la vitamine C pour en accroître l’assimilation. Sous cette forme, on évite les problèmes de constipation. On le retrouve aussi dans les plantes comme le varech, le pissenlit, le mouron des oiseaux, le thym, la racine de parelle et dans la chlorophylle. Pour aider à l’absorption du fer dans l’intestin, on peut ajouter à notre régime des bonnes bactéries (probiotiques). Elles vont promouvoir une flore intestinale saine et une meilleure assimilation des aliments et suppléments. Pour les gens qui ont une grande difficulté à tolérer le fer, on peut prendre une combinaison d’acide folique et de probiotiques. Ils travaillent en synergie pour combattre l’anémie.

La crise cardiaque

La crise cardiaque, aussi appelée infarctus du myocarde, se produit lorsqu’une ou plusieurs artères se bouchent et que le sang n’arrive plus jusqu’au muscle du cœur. Bien que certaines personnes ressentent des douleurs sournoises comparables à des troubles digestifs, le plus souvent, les signes de la crise cardiaque sont soudains et intenses. La victime doit recevoir un traitement médical de toute urgence.

Signes et symptômes (tirés du livre Décryptez les signaux de votre corps) :

  • Douleur, gêne et sensation d’avoir la poitrine prise dans un étau;
  • Gêne ou douleur dans les autres parties du haut du corps;
  • Douleur ou gêne dans un bras (généralement le gauche) ou dans les deux, le dos, la nuque, la mâchoire ou l’estomac;
  • Souffle court accompagné ou non d’une gêne au niveau de la poitrine;
  • Grande fatigue:
  • Sueur froide;
  • Nausées et vomissements;
  • Perte de la sensibilité;
  • Évanouissement.

Livre : Décryptez les signaux de votre corps

Voici un livre écrit par Joan Liebmann-Smith et Jacqueline Nardi Egan qui nous aide à identifier les messages que nous envoie notre corps sur notre état de santé. Lorsque l’on souffre de douleur, de fièvre ou de saignement, il est alors clair et net qu’on a un problème. Mais qu’en est-il lorsque le symptôme est plus insidieux, car soyons francs, si quelque chose ne fait pas mal et que ça nuit pas à notre vie de tous les jours, on repousse souvent le moment de consulter un médecin.

Ce livre est un guide qui nous permet de détecter les anomalies du corps en évaluant les cheveux, les yeux, les oreilles, les dents, la peau, les ongles, la bouche, la gorge et les parties intimes du corps. En décelant le moindre signe avant-coureur d’une maladie, on peut souvent s’en occuper rapidement avant que la situation devienne plus sérieuse. Ce livre publié par la maison d’édition Marabout est à la portée de tous car les termes médicaux y sont bien expliqués. Il regorge d’informations dédiées à faciliter la prise en charge de notre propre corps.

La vitamine E

La vitamine E est bien connue pour ses propriétés antioxydantes. En collaboration avec d'autres nutriments, elle garde les tissus cellulaires en bonne santé. Elle retarde le vieillissement, agit comme anticoagulant, joue un rôle dans la formation des globules rouges et favorise la fécondité. Elle aide à maintenir le système immunitaire en bonne santé en limitant les dommages causés par les radicaux libres et la prolifération de cellules malsaines pouvant mener au cancer.

La carence en vitamine E peut mener aux symptômes suivants :
  • cheveux ternes et secs
  • chute des cheveux
  • hypertrophie de la prostate
  • malaises gastro-intestinaux
  • fragilité des vaisseaux sanguins (ecchymoses, tendance à l'hémorragie)
  • maladies cardio-vasculaires
  • tendance à l'hypertension
  • taux de cholestérol élevé
  • durcissement des artères
  • phlébites
  • varices
  • troubles de la circulation sanguine
  • impuissance
  • stérilité
  • fausses couches, accouchements prématurés
  • faiblesse musculaire
  • crampes musculaires
  • baisse de la vision, vision embrouillée due à une altération de la rétine
  • taches brunes sur la peau (vieillissement prématuré de la peau)
  • peau écaillée et sèche
  • cicatrisation lente des coupures, brûlures
  • périodes douloureuses
  • détresse émotive à la ménopause
  • sujet à l'anémie (réduction de la durée de vie des globules rouges)
  • sensibilité accrue aux infections
  • diminution ou perte des réflexes
  • risques plus élevés de cataractes.

Invitation aux ateliers de Journal Créatif

L'automne est à nos portes, et voilà le moment venu de reprendre nos bonnes habitudes. On va se coucher plus tôt, retourner au travail, faire un peu plus de cocooning. Pour certaines personnes, ça sera suffisant, alors que pour d'autres, tout au contraire, c'est le moment de voir des gens, de travailler sur soi et d'apprendre quelque chose de nouveau.

Personnellement, je suis bien heureuse de l'arrivée de septembre car cela veut dire que mes ateliers de journal créatif vont reprendre. Bien que j'en ai fait toute seule durant l'été, l'énergie de groupe de manquait.

Vous pouvez d'ailleurs voir ici une partie d'un travail que j'ai effectué cet été. Je suis souvent très surprise du résultat. Pour cet exercice (daté du 16 juillet sur le blog de Dominique), il fallait choisir quatre images et 4 mots dans 4 magazines différents, les arranger à notre goût sur une page, puis sur la suivante, écrire ce que cela représentait pour nous à ce moment de notre vie. C'était vraiment surprenant de lire le compte-rendu, car vous pouvez voir par vous-même que les images étaient plutôt banales. Je vais certainement refaire ce travail à un autre moment tant je l'ai apprécié.

Ma merveilleuse animatrice, Dominique, est revenue de vacances et commencera à dispenser ses ateliers très bientôt. Venez en grand nombre. Pour voir les dates et heures de ses ateliers dans la région de la ville de Québec, cliquez ici.

Signaux du corps : la couleur de votre urine

L’information qui suit est tirée du livre Décryptez les signaux de votre corps (Édition Marabout 2009) écrit par Joan Liebmann-Smith et Jacqueline Nardi Egan.

Nous excrétons jusqu’à deux litres d’urine par jour selon l’alimentation, les liquides consommés, la température ambiante et le degré d’activité physique. Chez la personne en bonne santé, il y aura environ sept mictions par jour; l’urine doit être claire ou jaune très pâle et ne doit pas mousser ou être trouble. Certains aliments, de même que certains médicaments, peuvent influencer la couleur de l’urine.

Par exemple, des urines vert pomme peuvent être provoquées par le simple fait d’avoir mangé des asperges. Elles pourraient alors dégager une odeur particulièrement forte. Il en va de même si on ingère des multivitamines et certains médicaments contre la dépression, les allergies, la nausée, la douleur et l’inflammation. Cette coloration verdâtre peut aussi être notée après une anesthésie générale. Une accumulation de bilirubine (secrétée par le foie) peut aussi causer une couleur vert pomme de l’urine (à vérifier l’état du foie et du pancréas).

Une urine rose ou rougeâtre peut être causée par la présence de sang dans l’urine (hématurie pointant vers des troubles touchant les reins, la vessie ou le foie)) ou tout simplement par certains aliments tels la betterave rouge, les mûres ou la rhubarbe. Une coloration plus rouge des urines est parfois notée chez les personnes carencées en fer ou souffrant d’un syndrome de malabsorption. Les gens prenant certains médicaments pour un trouble psychiatrique ou suivant certains traitements pour le cancer (riches en anthraquinone) peuvent avoir des urines roses ou rougeâtres.

Une urine jaune foncé ou orangée peut indiquer que la personne souffre de déshydratation, surtout si elle sent très fort. L’urine jaune foncé peut aussi résulter d’un apport important de bêta-carotène dans l’alimentation ou par la prise de ce supplément. Certains médicaments comme la rifampine (tuberculose), la warfarine (anticoagulant) et d’autres pour traiter le cancer peuvent colorer les urines et les selles en orange.

D’autre part, si votre urine mousse, il se peut que vous souffriez d’une accumulation de sels biliaires ou de protéines dans les urines. La protéinurie, aussi appelée albuminurie, peut indiquer un trouble rénal ou cardiaque, surtout chez les diabétiques ou les gens souffrant d’hypertension. Par ailleurs, une urine foncée couleur thé et à l’odeur sucrée dénote un problème lié au diabète.

Si la couleur de l’urine est trouble et qu’elle dégage une odeur forte, il peut s’agir d’une infection de la vessie (cystite). Chez l’homme, une urine trouble teintée de rouge peut indiquer une inflammation de la prostate.

Chronique alimentaire: la canneberge

Les Amérindiens et les premiers colons utilisaient la canneberge comme source de vitamine C l’hiver afin de combattre le scorbut. Aussi appelée atoca, cette petite baie est originaire de l’Amérique du Nord.
  • Les canneberges contiennent des proanthocyanidines (composants antioxydants) qui empêchent la bactérie E. coli de s’attacher aux parois de la vessie. On reconnaît que de boire 1 à 2 verres de jus de canneberge sans sucre par jour peut diminuer les risques d’infection urinaire (l'effet pourrait subsister jusqu’à 8 heures après l’ingestion du jus). Certaines études suggèrent que le jus de canneberge aiderait à contrer les calculs rénaux (pierres aux reins) et biliaires.
  • Elles contiennent plus de phénols (puissants antioxydants) que les raisins rouges. Ainsi, elles semblent pouvoir améliorer le bilan lipidique, c’est-à-dire augmenter le bon cholestérol et diminuer le mauvais.
  • Les canneberges contiennent des fibres, de la vitamine C et des flavonoïdes.
  • Des études en cours indiquent que certains de ses composés pourraient aider à enrayer les ulcères gastriques et duodénaux, ainsi que le cancer de l’estomac causés par bactérie Helicobacter pylori.
  • Les canneberges semblent inhiber la prolifération de bactéries causant la plaque dentaire.

Avertissement : Il est possible que le jus de canneberge augmente l’effet anticoagulant du Coumadin®. Il est donc conseillé à ces patients de limiter ou d’éviter le jus de canneberge jusqu’à ce que ce point soit étudié plus à fond.

Le surplus de poids

On évalue le nombre de gens souffrant d’obésité en Amérique du Nord à environ 80 millions. Pour beaucoup de ces gens, leur poids sera au centre de leurs préoccupations quotidiennes. Voilà pourquoi il est important d’adresser le problème au plus tôt. Pensez-y bien : Même si le poids augmente lentement, disons de 2.2 kilogrammes par année, soit près de 5 livres , à partir de la vingtaine ou jeune trentaine, cela veut dire plus de 22 kg ( 50 livres ) en dix ans! Voilà qui risque de devenir très problématique car la vie est bien loin de se terminer à la quarantaine.

Le vrai problème avec un surplus de poids apparaît lorsqu’il affecte la santé. Les troubles d’usure prématurée du système structurel, affectant les pieds, les genoux, les chevilles, les hanches et le dos, sont très courants. On retrouve chez les gens plus sédentaires des complications du système circulatoire telles que l’œdème aux chevilles, les hémorroïdes et les varices, ou encore, des maladies plus sérieuses comme l’hypertension, le diabète et les maladies cardiaques. D’autres troubles pouvant être liés à l’obésité sont ceux de la vésicule biliaire, les hernies, les complications rénales, la pneumonie, l’infertilité et les complications postopératoires. Du côté psychologique, certaines personnes sont hantées par une pauvre estime de soi, un manque de vitalité, des problèmes sexuels, et même la dépression.

Fort heureusement, tous les gens ayant un surplus de poids ne tombent pas automatiquement dans ce cauchemar de mal-être. Il y a différentes causes à la prise de poids.
  • Bien souvent, il s’agit tout simplement du type d’aliments qui entrent dans la bouche et/ou la quantité ingérée : diète riche en gras malsains —saturés, hydrogénés, trans —, et en aliments transformés, faible en fibres, en glucides complexes (riz brun, quinoa), et en fruits et légumes.
  • Un style de vie sédentaire où l’exercice régulier est inexistant.
  • Il peut s’agit d’un trait héréditaire. Le métabolisme basal diffère chez chaque individu, ce qui explique qu’une personne puisse rester mince tout en s’empiffrant, alors qu’une autre engraisse à la simple vue d’un aliment. L’exercice régulier sur une longue période de temps peut augmenter le métabolisme de base et ainsi aider à brûler les calories plus facilement.
  • Certaines études démontrent que des allergies alimentaires peuvent jouer un rôle dans la diminution du taux de métabolisme. Les aliments allergènes les plus communs sont le lait, le blé, le maïs, les œufs, le chocolat et la levure.
  • Les diètes où le poids joue au yo-yo. Il y a une perte de poids à court terme, mais sitôt la diète abandonnée, le poids revient et souvent avec un surplus. Le corps emmagasine plus facilement le gras après la diète.
  • Bien que plus rare, il peut s’agir d’un trouble hormonal tel que la maladie de Cushing ou d’une hypothyroïdie.
  • Certains médicaments peuvent augmenter l’appétit ou changer le métabolisme, dont notamment, les anovulants, la corticothérapie et les antidépresseurs.
  • Certaines carences en nutriments essentiels peuvent empêcher le corps de brûler l’excès de gras : la vitamine B5, B6, la vitamine E, la lécithine, les acides gras essentiels.

Pour maigrir, il faut que l’excès de gras puisse être éliminé hors du corps en s’assurant une bonne élimination intestinale et une bonne action enzymatique. Il faut donc incorporer à notre nouveau style de vie, une alimentation saine sans sauter de repas, 8 verres d’eau par jour et l’exercice régulier. Il est important de ne pas éliminer tous les gras de notre diète. Les gras essentiels provenant des noix, des graines (lin, citrouille), du poisson comme le maquereau et le saumon aident le corps à brûler les excès de gras. Les enzymes digestives accélèrent le métabolisme et stimulent le système immunitaire.

Plusieurs produits visant la réduction de poids sont disponibles sur le marché. Certains sont des adjuvants intéressants à une bonne alimentation et à l’exercice. Nature’s Sunshine vous en offre plusieurs:

  • Gobe-graisse qui comme son nom le dit si bien, utilise les fibres pour « gober » les molécules de graisse. Au lieu d’être digérée, la graisse s’élimine directement par les voies intestinales. Ce produit contient de la gomme de guar et du psyllium qui piègent ou ramassent la graisse, alors que le mouron des oiseaux et la lécithine la décomposent.
  • Collatrim est un produit à base de collagène. C’est une excellente source de protéines dont les acides aminés, arginine, proline et glycine, visent à accroître la masse musculaire maigre tout en réduisant les réserves de gras dans le corps. Il favorise la régénération des tissus conjonctifs et la perte de gras pendant le sommeil et aide à accroître l’énergie.
  • Nutri-Burn aux protéines de petit-lait, un supplément de protéines en poudre qui contient de l’acide linoléique conjugué, un gras qui semble agir sur la perte de poids, surtout sur le gras abdominal selon des études.
  • GlucoReg contient, entre autres, du chrome et du vanadium, deux oligo-éléments importants pour réguler le taux de sucre dans le sang et les niveaux d’insuline. Une bonne régulation du glucose sanguin favorise la perte de poids.
  • Nature's Bod-E-Klenz est une cure de nettoyage puissante à prendre au début et à la fin d’un programme de perte de poids pour stimuler la digestion et l’élimination des toxines et activer le métabolisme des protéines et des glucides.

La prévention et l’éducation sont souvent les meilleurs remèdes. Il s’agit de commencer avec soi-même, puis d’étendre nos connaissances à notre famille et à nos amis. Si les mauvaises habitudes sont faciles à prendre, pourquoi ne pas se donner le défi de peu à peu changer nos coutumes pour atteindre un objectif-santé. Un bon suivi médical s’impose si votre santé est déjà à risque ou que le surplus de poids est important. La persévérance est toujours récompensée

Pour mieux connaître ces produits: http://www.naturessunshine.ca

Suggestion de livre : Décryptez les étiquettes

Bill Statham est un homéopathe qui, au cours de son travail avec ses clients, s’est rendu compte que certaines substances chimiques peuvent influencer notre état de santé. En effet, il arrivait que ses clients qui avaient pris du mieux rechutent. Il s’est alors penché sur leur alimentation et les additifs chimiques que celle-ci contenait. Il a découvert qu’ « un grand nombre des substances chimiques contenues dans les aliments et les cosmétiques pouvaient provoquer ou aggraver des problèmes tels que l’asthme, les dermatites, l’urticaire, les migraines, les rhinites allergiques, les troubles gastriques, les troubles du comportement, l’hyperactivité, les difficultés d’apprentissage. Certaines d’entres elles se trouvent être toxiques pour le foie, les reins, le cœur, le thymus, le cerveau ou les systèmes immunitaire, nerveux, hormonal et endocrinien. » De plus, certaines substances peuvent causer des lésions de l’ADN, des malformations congénitales, des mutations génétiques et des cancers.

Ce petit livre est divisé en deux sections, soit une pour les substances chimiques ajoutées à l’alimentation et la seconde pour les cosmétiques. Chacune nous indique le nom du produit par ordre alphabétique, ses fonctions, ses effets potentiels, où on les trouve ainsi que ses autres usages, ainsi qu’un code qui nous indique si la substance est inoffensive, à éviter ou carrément dangereuse.

Décryptez les étiquettes est un livre que toute personne désirant reprendre le contrôle de sa santé devrait se procurer le plus tôt possible.

Voici quelques exemples alimentaires tirés de l’excellent livre de Bill Statham :

BHT ou butylhydroxytoène;
Code : Dangereux;
Fonctions : antioxydant et conservateur;
Effets potentiels : urticaire chronique, dermatite, fatigue, asthme, agressivité, spasmes bronchiques, à éviter chez l’enfant, troubles au niveau de la reproduction, troubles rénaux, hépatiques et gastriques, nocif pour les organismes aquatiques;
Aliments : matières grasses et huiles de table, gomme à mâcher, produits de la pêche, céréales pour petit déjeuner, bière et boissons à base de malt;
Autres usages : gels de rasage, huiles pour bébé, lait pour bébé, rouges à lèvres, eyeliner, matériaux d’emballage, caoutchouc.

Gomme de guar (obtenue à partir des graines d’un arbre d’Inde);
Code : Inoffensif pour la plupart des gens;
Fonctions : épaississant, agent stabilisateur;
Effets potentiels : considéré comme inoffensif dans l’alimentation à faibles doses; à doses excessives, crampes abdominales, nausées, flatulence, diarrhées;
Aliments : produits de boulangerie, confitures, céréales pâtes à tartiner à base de fromage, gelées, boissons, aliments pour nourrissions;
Autres usages : liant sous forme de comprimés, cosmétiques, compléments amincissants (la prudence est recommandée).


Mannitol (dérivé d’algues; peut être transgénique);
Code : La prudence s’impose;
Fonctions : édulcorant et humectant;
Effets potentiels: réactions d’hypersensibilité, nausées, vomissements, diarrhées, peut provoquer ou renforcer des dysfonctionnements rénaux;
Aliments : aliments protéinés transformés ou allégés, gomme à mâcher, pâtes de fruits, confitures, gelées;
Autres usages : pour les mains, entretien des cheveux et du cuir chevelu.


Sucralose (issu de synthèse par chloration du saccharose);;
Code : à éviter;
Fonctions : édulcorant de synthèse;
Effets potentiels : diminution de volume du thymus, hypertrophie de foie et des reins chez l’animal, faiblement mutagène;
Aliments : confiseries, pâtes à tartiner à base de fruits, desserts, produits de boulangerie;
Autres usages : aucun.


Talc (silicate de magnésium);
Code : À éviter;
Fonctions : antiagglomérant;
Effets potentiels : cancers (estomac et ovaires), toux, vomissements, troubles respiratoires, tumeurs, troubles gastriques;
Aliments : gomme à mâcher, bonbons gélifiés, sel et condiments, riz
Autres usages : maquillage des yeux, poudres pour le bain, poudres pour bébé, alimentation animale, compléments vitaminiques.

Le glutathion, l'antioxydant par excellence

Le glutathion, l’antioxydant interne le plus abondant dans l’organisme, est synthétisé dans le foie et à l’intérieur des cellules. Les acides aminés, glutamine, cystéine et glycine sont les précurseurs essentiels à la production de glutathion au niveau cellulaire. Le glutathion est une protéine antioxydante qui protège les cellules, les tissus et les organes contre la maladie, le vieillissement et le cancer. Plusieurs recherches ont démontré que les taux plasmatiques de glutathion sont inférieurs à la normale chez les cancéreux.

Dans son livre Les antioxydants, la révolution du XXIe siècle, le Dr Frédéric Le Cren rapportait qu’on a décelé un taux particulièrement bas de glutathion dans plus de 200 maladies. Le vieillissement, l’exposition aux radicaux libres et une alimentation riche en matières grasses tendent à épuiser nos réserves normales de cet élément indispensable.

Le glutathion, par ses rôles antioxydant, détoxiquant et modulateur du système immunitaire, pourrait s’avérer un allié intéressant dans la lutte contre la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et le cancer du côlon. Les sources de glutathion sont : pamplemousse, fraise, cantaloup, orange, peau du raisin, avocat, tomate, légumes feuillus verts, brocoli, courges d’hiver, asperge, pomme de terre, noix, graines.

(extrait de mon livre Tout sur la santé de l'intestin, 2007)

Chronique alimentaire - les poivrons

Les poivrons, qu'on appelle communément les piments doux, sont une excellente source de vitamine C :

  • À poids égal, le poivron vert contient deux fois plus de vitamine C qu’une orange et le poivron rouge trois fois plus.
  • Le poivron est riche en bêta-carotène que l’organisme convertit en vitamine A.
  • Il devient de plus en plus sucré à mesure qu’il mûrit. Ainsi, le rouge est plus doux que le jaune et celui-ci, plus doux que le vert. Le poivron ne mûrit plus une fois arraché de son plant.
  • Une demi-tasse de poivron (qui égale une portion) contient seulement 12 calories. C’est donc un bon aliment quand on ressent le besoin de grignoter.
  • Les poivrons sont aussi une excellente source de fibres, de folate (acide folique d’origine végétale) et de vitamine B6.
  • Il agit comme un agent alcalinisant sur l’organisme.
  • Petit bémol cependant : il figure parmi les légumes les plus arrosés de pesticides. Il convient donc d’acheter des poivrons biologiques autant que possibles.

Les calculs biliaires

Les calculs biliaires sont ce qu’on appelle communément les « pierres » de la vésicule biliaire. Ils sont formés par la précipitation de certains composants de la bile (cholestérol, calcium ou pigments). Ils varient en grosseur de la taille de grains de sable à la grosseur d’une balle de golf, bien qu’ils mesurent souvent entre quelques millimètres à plus d’un centimètre de diamètre. Les symptômes peuvent commencer plus de 8 ans après le début de la formation du calcul.
  • Ils apparaissent plus souvent chez les femmes (1 sur 5 de plus de 60 ans) et la moitié moins souvent chez les hommes.
  • 80% des gens en ayant n’auront jamais de symptômes et ne nécessiteront pas de traitement.
  • La douleur ne dépend pas de la taille des calculs et il peut y en avoir des centaines dans la vésicule biliaire.
  • Lorsqu’une personne a souffert d’une première crise biliaire, il y a 50% de chance qu’elle en refasse une dans l’année qui suit.
Les risques augmentent avec l’âge, à la suite d’une perte ou d’un gain de poids rapide, lorsque la personne souffre de constipation, d’une infection parasitaire ou lors des situations suivantes :
  • Les femmes de plus de quarante ans qui ont un surplus de poids ou qui prennent des anovulants ou des hormones de remplacement;
  • Les personnes souffrant de maladies gastrointestinales (surtout la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse);
  • Les gens prenant des médicaments pour abaisser leur taux de cholestérol;
  • Les gens dont la diète contient beaucoup de gras, de sucre et peu de fibres;
  • Les individus souffrant d’intolérances alimentaires.
Le premier signe est souvent une digestion incomplète des gras ce qui amène des symptômes comme la flatulence, le ballonnement, des selles de couleurs pâles, des selles graisseuses et/ou nauséabondes et qui flottent, ainsi que des rots fréquents.

Les calculs biliaires peuvent causer l’inflammation de la vésicule biliaire lorsqu’ils bloquent les conduits connectant celle-ci au petit intestin. La vésicule biliaire se gonfle, ce qui cause une douleur abdominale souvent sévère
.

Symptômes lors de l’obstruction d’un conduit :
  • Douleur au milieu et au quadrant supérieur droit de l’abdomen. Elle peut s’étendre à l’épaule droite ainsi qu’au dos et ressembler à une attaque de cœur;
  • Nausée et vomissement;
  • Malaises généralisés;
  • Perte d’appétit;
  • Démangeaisons;
  • Frissons et fièvre;
  • Urine jaune foncée à brune;
  • Selle de couleur pâle ou grise;
  • Fatigue;
  • Maux de tête;
  • Anxiété, irritabilité.
Une crise peut durer de 20 minutes à plusieurs heures. Un blocage prolongé du canal cholédoque peut endommager la vésicule biliaire, le foie ou le pancréas et peut même être fatal. Lorsque le calcul bloque le canal de Wirsung qui relie le pancréas au petit intestin, il peut provoquer une pancréatite aiguë biliaire. La douleur s’estompe lorsque le calcul dégage le passage et permet à la bile de s’écouler normalement.

Le traitement peut inclure des antibiotiques, l’ablation de la vésicule biliaire ou l’enlèvement du calcul biliaire lorsque possible. Pour diminuer la fréquence et la sévérité des crises, on recommande une diète riche en fibres tout en diminuant le sucre, la caféine, les aliments frits et épicés et en buvant beaucoup d’eau. Une réaction allergique à certains aliments peut causer une inflammation de la vésicule biliaire allant parfois jusqu’à l’ablation de l’organe. Les aliments impliqués par ordre d’importance seraient les œufs, le porc, les oignons, la volaille et le café.

Chronique alimentaire: la pomme

Depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, l’incidence de plusieurs maladies a augmenté : maladie cardiaque, cancer, diabète, obésité, asthme, allergies, arthrite, maladies auto-immunes, etc. De plus, on remarque que ces maladies dégénératives apparaissent à un plus jeune âge. Bien qu’on se doute que les nombreux polluants, herbicides, agents de conservation et autres produits chimiques, souvent toxiques, ajoutés à notre alimentation dite « moderne » soient en cause dans ces déséquilibres, peu de gens sont prêts à changer leur style de vie ou leur alimentation. Pourtant, certains changements simples pourraient soulager bien des problèmes en commençant par les troubles digestifs comme les brûlures d’estomac, le reflux gastrique et la constipation, la congestion, les migraines, les douleurs de toutes sortes et l’insomnie. Que ce soit en prévention de la maladie ou comme adjuvant dans le traitement de celle-ci, l’alimentation est la clé secrète.

Tous les fruits, légumes, légumineuses, noix et graines crues et les grains entiers apportent de nombreux bienfaits à l’organisme humain. Ainsi commence une chronique où je décrirai certains aliments considérés bons pour la santé.

La pomme :
On connaît tous le proverbe qui dit : « Une pomme par jour garde le médecin éloigné. » En effet, la pomme a plusieurs qualités bienfaisantes pour la santé.


• Elle contient de la vitamine C, un antioxydant aux effets importants pour le système immunitaire.
• C’est une source de fibres solubles qui aident à régulariser le transit intestinal et à prévenir la constipation.
• Les fibres, dont la pectine, et possiblement les flavonoïdes que la pomme contient aident à abaisser le taux de cholestérol et de triglycérides. En plus de diminuer le mauvais cholestérol, la consommation de 2 pommes par jour avec la pelure pourrait améliorer le niveau de bon cholestérol et ainsi réduire le risque d’accident vasculaire cérébral et de maladies cardiaques.

• La pomme est un bon dépuratif sanguin.
• Elle contient de la catéchine, une substance anticancéreuse.
• Elle contient aussi de la quercétine qui pourrait inhiber le cancer de la prostate, du poumon et du foie.
• Manger aussi peu que deux pommes par jour pour avoir un effet favorable sur les troubles respiratoires et l’asthme.
• Son activité antioxydante améliorait également les fonctions cérébrales et la mémoire.
• La chair de la pomme contient du potassium, et cette dernière du fer tout en étant peu calorique. Le jus de pomme et sa purée sont une source de manganèse, un cofacteur de plusieurs enzymes.
• Le fait de croquer dans une pomme préserve la santé des gencives et provoque plus de salive, diminuant ainsi le nombre de bactéries dans la bouche et aidant à combattre les caries.

Le lien entre la douleur et l'alimentation

Il n'est parfois pas facile de différencier entre des symptômes causés par une allergie ou une simple intolérance. Bien entendu, on ne parle pas ici d'une allergie foudroyante comme celle aux noix ou aux fruits de mer, mais d'une dont les résultats sont moins reconnaissables. En vérité, on peut avoir une réaction allergique à n'importe quel aliment; le système immunitaire produit alors des anticorps et les tests sanguins révèlent un taux élevé d'immunoglobulines E. Pour faciliter la lecture du texte, le terme allergie sera utilisé mais inclura les intolérances alimentaires.

Certains allergologues confirment que bien que certains symptômes apparaissent rapidement après l'ingestion d'un aliment allergène, ce n'est pas toujours le cas. Ceux comme les brûlures d’estomac font habituellement leur apparition dans les 30 minutes à 3 heures suivant l’ingestion de l’aliment problème et les maux de tête dans les 2 à 6 heures, mais d'autres manifestations comme les douleurs musculaires et les ulcères buccaux peuvent apparaître jusqu'à 72 heures plus tard. La fatigue est un grand symptôme d'allergies alimentaires bien que l'on fasse rarement le lien; elle peut être immédiate, ou de 6 à 24 heures plus tard.

Lorsque l'on parle de réactions à un aliment, notre pensée se tourne rapidement vers les plus connues comme le mal de tête (vin, fromage), les crampes abdominales et la diarrhée (produits laitiers) ou l'urticaire (rougeurs - fraises, colorants alimentaires). Mais en fait, tous les organes du corps peuvent être affectés par les allergies et les intolérances aux aliments. On a dénoté plus d'une centaine de symptômes dont certains sont liés à des états sérieux et souvent douloureux: la migraine, l’arthrite, la douleur musculaire et articulaire, la bronchite, la sinusite, l’asthme, l’angine de poitrine, les infections d’oreilles, l’œdème des chevilles, les crampes et douleurs abdominales, l’ulcère duodénal, l’eczéma, les douleurs au cou et au dos, la dysménorrhée (menstruation douloureuse), la sclérose en plaques, la névralgie, le diabète, la dépression et l’énurésie.

Par exemple, bien des gens souffrant d'arthrite confirmeront que leurs symptômes sont aggravés ou déclenchés par l'ingestion de maïs, de blé, de porc, d'oeufs, de produits laitiers ou d'aliments appartenant à la famille des solanacées (tomate, pomme de terre, aubergine, poivre de Cayenne, piment). Par ailleurs, les migraineux savent qu'ils doivent éviter certains aliments dont le chocolat, les fromages forts, le vin blanc, le soja, l’acide aminé tyramine et le glutamate monosodique. On ne peut donc plus mettre en doute qu'il existe véritablement un lien entre certains symptômes douloureux et les aliments que l'on ingère. La tenue d'une liste dans un petit carnet de tout ce que l'on mange peut être très utile afin de détecter les aliments susceptibles de causer de tels désagréments.

Le mandala

Aujourd'hui, mon animatrice de journal créatif part en vacances en France pour tout l'été. La connaissant, je suis certaine qu'elle va revenir avec plein de nouvelles idées à partager avec nous. Et c'est tant mieux! À chaque session, je me demande toujours ce qu'elle va me sortir. Et je ne suis jamais déçue. Certaines séances nous font travailler sur nous, d'autres stimulent l'imagination et d'autres encore, notre créativité. C'est sur ce chemin que j'ai découvert les mandalas. Qui aurait pensé que de s'assoeir pour colorier pouvait être aussi relaxant, ressourcant, si bénéfique! En fait, beaucoup de gens devaient le savoir avant moi, car il y a des centaines de mandalas sur l'internet qu'on a le droit de reproduire pour colorier. Je m'en imprime tout un paquet et quand j'ai une heure de libre, je les regarde et j'en choisis un qui me parle à ce moment-là. C'est assez intéressant de voir qu'alors qu'à un moment donné, un certain mandala ne m'attire pas du tout, quelques jours plus tard, il peut m'interpeler très fortement. Lorsque j'ai fini de le colorier, je le découpe, le colle dans mon journal et selon le cas, j'ajoute des couleurs autour ou parfois, je peaufine des finitions au dessin en y rajoutant des choses.

Alors bon été à Dominique et à chacun de mes lecteurs aussi. Pour trouver des mandalas, rien de plus simple. Inscrivez tout simplement "mandalas à colorier" dans un engin de recherche comme Google et vous aurez l'embarras du choix. Venez partager vos impressions avec moi.

La maladie d'Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie évolutive dont les symptômes incluent la perte de mémoire, de jugement et de raisonnement ainsi que des sautes d’humeur et des changements dans le comportement de la personne et dans sa manière de communiquer avec autrui. La cause exacte de la maladie n’est toujours pas connue, mais les spécialistes explorent trois domaines d’intérêt, soit les antécédents familiaux, l’environnement et un phénomène interne (virus à action lente, un déséquilibre chimique ou un déficit immunitaire).

La Société Alzheimer a préparé cette liste de 10 signes précurseurs de la maladie afin d’aider les proches à reconnaître les symptômes de la maladie :

· Pertes de mémoire qui nuisent aux activités de tous les jours;
· Difficulté à accomplir des tâches quotidiennes (comme faire le repas);
· Problème de langage – oublier le mot juste ou le substituer pour un autre qui ne fait pas de sens dans la phrase;
· Désorientation dans l’espace (se perdre dans sa rue) ou dans le temps (oublier le mois, la date);
· Capacité de jugement amoindrie;
· Difficultés face aux notions abstraites (établir le solde du chéquier);
· Pertes répétées d’objets (lait dans l’armoire, clé dans congélateur);
· Sautes d’humeur fréquents ou changements rapides de comportement;
· Changements de personnalité (peur, confusion, méfiance inhabituelle);
· Perte d’intérêt pour les activités habituelles, passivité.

Pour plus d’informations sur la maladie d’Alzheimer : www.alzheimerquebec.ca

L'impuissance chez l'homme

L’impuissance ou la diminution de la libido chez l’homme demeure un sujet délicat dont plusieurs préfèrent s’abstenir de discuter. Pourtant, un homme sur quatre après l’âge de 50 ans a des pannes de performance. Bien que moins reconnu, des hommes beaucoup plus jeunes ont maintenant le même tracas. On trouve des hommes dans la trentaine et même dans la vingtaine qui souffrent d’impuissance occasionnelle, bien que la souffrance émotionnelle et la peur du jugement qui l’accompagnent sont, la plupart du temps, plus difficiles à vivre que la condition elle-même.

Impuissance signifie insuffisance ou absence d’érection, donc pas de rigidité ou une rigidité instable. Plusieurs causes sont possibles, et souvent, deux ou trois causes peuvent être associées. Discutons premièrement des causes physiques : Un taux trop bas de testostérone (perturbation hormonale), ce qui peut même entraîner l’infertilité. Certaines conditions prédisposent à des niveaux réduits de testostérone, comme l’alcoolisme, le candida albicans et la diabète. Plusieurs médicaments ont pour effet secondaire la baisse ou la perte de libido, comme les antidépresseurs, les médicaments pour les ulcères et l’hypertension ainsi que les drogues de rue, comme la marijuana et la cocaïne. La consommation exagérée de cigarettes et l’artériosclérose contribuent à une diminution de la circulation sanguine (cause vasculaire). La sclérose en plaques est un exemple d’une cause neurologique. La douleur durant les relations est aussi à noter comme cause.
 
Les facteurs psychologiques sont multiples et quelquefois complexes : la dépression est la raison la plus commune de perte de libido chez les hommes comme chez les femmes. Les émotions fortes entrent en ligne de compte – la colère, la culpabilité, l’ennui et l’anxiété. La peur de rendre la partenaire enceinte peut avoir un effet négatif. La fatigue et même les difficultés de la vie quotidienne (ne pas aimer son emploi, l’inquiétude pour nos adolescents) ont aussi un effet sur le corps physique. Malheureusement, suite à une ou quelques pannes de désir, la peur de voir le problème se répéter est souvent le pire ennemi de l’homme. Il s’agit d’en discuter avec sa ou son partenaire, d’évaluer ce qui se passe dans votre vie à ce moment: est-ce la veille d’une présentation majeure au travail, êtes-vous épuisé, vous êtes-vous chicané avec votre adolescent qui est parti en claquant la porte et n’est toujours pas de retour? Si le problème continue de se répéter même quand l’état mental semble satisfaisant, consultez le médecin pour éliminer toutes inquiétudes de troubles de santé.

Symptômes de trouble de la prostate qui nécessitent une visite médicale le plus tôt possible:


  • Jet d’urine réduit et faible;
  • Miction (vidage de la vessie) en deux temps;
  • Retard à initier la miction (difficulté à commencer à uriner);
  • Égouttement terminal (l’urine sort par gouttes à la fin de la miction);
  • Sensation que la vessie n’est pas vidée complètement;
  • Urgent besoin d’uriner;
  • Réveils fréquents la nuit pour uriner;
  • Incontinence lorsqu’on essaie de se retenir.


  • Que faire pour aider ou prévenir le problème?
    On doit diminuer ou éliminer la caféine, l’alcool, le tabac, les aliments épicés et le gras animal. On doit augmenter l’apport de fruits, légumes verts feuillus, d’acides gras essentiels (huile d’olive, huile d’onagre, huile de lin) et consommer des graines de citrouille (zinc). Une bonne gestion du stress incluant de l’exercice physique qui stimule la circulation du sang ne sont pas à négliger.
    Certains suppléments utiles:La vitamine E et le zinc sont les nutriments les plus importants pour nourrir les glandes sexuelles. La vitamine E, quelquefois nommée " vitamine du sexe ", aide à l’oxygénation du sang qui engorge le pénis en érection. On la retrouve aussi dans les aliments comme le germe de blé, les huiles pressées à froid, les noix, les œufs, la patate douce et les légumes à feuilles. Le zinc prévient aussi l’impuissance et augmente le compte de sperme chez l’homme. Le café et l’alcool détruisent le zinc. On retrouve le zinc dans les graines de citrouille, les huîtres (souvent appelées " aphrodisiaques "), la levure nutritionnelle, le germe de blé, les fèves de soya et les oeufs.

    Comme supplémentation à la diète : un complexe de vitamines B, la vitamine E à 400 UI par jour, le zinc à 25 à 50 mg par jour, des acides gras essentiels (AGE), trouvés dans les huiles pressées à froid ainsi que dans les suppléments d’huile d'onagre ou d’huile de graines de lin . Dame Nature nous offre aussi le ginseng sibérien, le palmier nain, le maca, les graines de citrouille pour leur haute teneur en zinc, et des formules pour homme très efficaces.