Rechercher dans ce blogue

Les blessures causées par la comparaison

Avez-vous déjà pensé aux effets néfastes que la comparaison peut avoir sur une personne? Dans toutes les sphères de la société, on mesure la valeur d'un être humain en le comparant à un autre. Cela commence dès l'enfance quand l'âge où l'enfant fait ses premiers pas, cesse de porter des couches ou dort une nuit complète comparativement à un autre enfant, devient un sujet d'intérêt. Plus tard, la compétition se poursuivra dans le milieu scolaire. Qui aura le meilleur résultat scolaire, qui aura le travail le plus rémunéré, qui achètera une maison avant l'autre, qui soumettra le meilleur projet au patron?

Il s'agit d'un phénomène de société auquel tout le monde a goûté un jour au l'autre. Malheureusement, dans un tel contexte, il y aura toujours une position de supériorité, une d'égalité et une d'infériorité. Bien que ce système semble anodin et sans danger, pour certains personnes, la comparaison entraîne un sentiment déchirant d'échec, d'être moins bons que les autres, d'être dépassés, d'être moins aimés, et cela, souvent malgré une vie bien réussie. Les circonstances banales de la vie peuvent raviver cette ancienne blessure émotionnelle qui vient souvent de l'enfance. Les facteurs déclencheurs sont nombreux tels qu'une situation d'injustice où la personne se sent lésée, la valorisation d'un rival, le choix d'une autre personne pour un projet donné ou une situation d'échec.

L'individu chez qui la blessure d'infériorité causée par la comparaison est activée passera par toute une gamme d'émotions: la peur d'agir, la peur de ne pas être aimé s'il n'est pas le meilleur, la peine, l'envie, la jalousie, la colère, le sentiment de ne pas avoir de valeur, d'être rien s'il n'est pas le meilleur, la peur de l'échec.

Chaque personne est unique au monde et ne devrait jamais être comparée à une autre. Celle qui souffre d'une blessure de comparaison aura tendance à douter d'elle-même, aura de la difficulté à s'affirmer, trouvera des rivaux partout et voudra entrer en compétition avec eux et, tristement, ne reconnaîtra pas sa propre valeur. Chaque individu a des forces et des faiblesses inhérentes qui le différencient des autres; il est préférable d'essayer de se surpasser soi-même plutôt que de se comparer à son voisin. Ainsi, la personne aura plus de chances de combler ses besoins d'amour, de compréhension, d'écoute et de reconnaissance.
(À lire sur le sujet: La guérison intérieure par l'acceptation et le lâcher-prise de Colette Portelance)

1 commentaire:

  1. bien intéressant gisèle et tellement vrai. Merci pour cette belle reflexion

    RépondreSupprimer